cookiecutter - Fotolia

Virtualisation : choisir entre Nutanix AHV et VMware ESXi

Nutanix AHV et VMware ESXi ont des fonctions similaires, mais le premier offre plus en version de base tandis que le second n’est pas limité à l’hyperconvergence.

Nutanix AHV et VMware ESXi sont les hyperviseurs les plus célèbres, chacun avec ses points forts et ses points faibles. Ces deux plateformes apportent tout ce que les administrateurs attendent d’une offre professionnelle. VMware ESXi, commercialisé depuis un certain temps, prend en charge un large éventail de configurations et de technologies. Nutanix AHV se caractérise par des exigences particulières en termes de serveurs et un fonctionnement en mode infrastructure hyperconvergée (HCI, Hyper-Converged Infrastructure). Pour déterminer quelle solution est la plus adaptée, il faut réfléchir en termes d’objectifs et de coûts.

Suite de l'article ci-dessous

Nutanix AHV intègre l’hyperconvergence et le stockage SDS

AHV est l’hyperviseur de base de Nutanix et il s’installe sur plusieurs serveurs. Il démontre toute sa valeur lorsqu’il est piloté par Prism, l’équivalent de vCenter dans l’univers Nutanix, qui se targue d’une grande facilité de prise en main. L’ensemble des fonctions d’AHV est pilotable par API.

Les principaux arguments en faveur d’AHV sont l’hyperconvergence et son système de stockage virtualisé SDS (Software-Defined Storage), souvent indispensables pour déployer un cluster d’hôtes. L’hyperviseur n’a besoin ni d’un SAN externe ni d’une infrastructure de stockage importante, car les disques internes aux nœuds sont présentés comme une infrastructure de stockage résiliente pour l’ensemble du cluster. La machine virtuelle – dite CVM – qui fournit les services de stockage, les services distribués de la plateforme Nutanix et qui embarque la console Prism Element – consomme en moyenne 32 Go par nœud. Cela peut paraître énorme, mais Nutanix argumente en listant toutes les fonctions qu’embarque cette CVM : c’est elle qui gère les entrées-sorties, les services réseau, les services de protection (notamment ceux liés à la reprise d’activité), ainsi que les fonctions de management du cluster.

L’hyperviseur Nutanix AHV répond à plusieurs cas d’utilisation. Il est fréquemment déployé dans les datacenters, car la consolidation permise par l’hyperconvergence a l’avantage de réduire significativement l’encombrement des salles informatiques. On le trouve aussi souvent dans les succursales, notamment pour y exécuter des postes de travail virtuels. Son avantage est qu’un ensemble de trois nœuds suffit généralement pour exécuter toutes les applications qui sont censées avoir besoin d’un cluster. À ce titre, Nutanix se targue d’avoir été la première plateforme hyperconvergée à avoir été certifiée pour exécuter SAP HANA.

Les administrateurs doivent toutefois savoir que l’hyperviseur AHV nécessite qu’il y ait au minimum trois nœuds dans un cluster pour ses exigences de résilience. Par ailleurs, la mise à jour de grands clusters au moyen des outils intégrés à AHV peut être très longue. Nutanix annonce une période inférieure à 24 heures pour mettre à jour 16 nœuds. Cela dit, les machines virtuelles restent disponibles pendant l’opération, car AHV les fait migrer avant de mettre à jour le serveur qui les exécutait.

VMware ESXi : des fonctions éprouvées pour les grandes entreprises

VMware, pionnier de l’hyperviseur, a contribué à façonner le marché de la virtualisation en entreprise. L’hyperviseur ESXi, comme AHV, dispose de fonctions pilotables par des scripts d’administration au moyen d’API. Toutefois, lorsque VMware met en avant la richesse fonctionnelle de sa solution, il fait le plus souvent référence aux très nombreuses options disponibles depuis sa console d’administration vCenter.

L’hyperviseur ESXi, en plus d’être doté d’une pile de virtualisation largement éprouvée, est lui aussi utilisable pour déployer des infrastructures hyperconvergées. Les administrateurs déploient souvent une infrastructure hyperconvergée dans les datacenters pour réduire les coûts très élevés des SAN.

En outre, ESXi peut être étendu avec VMware NSX. Offrant plus qu’une simple virtualisation des réseaux, VMware NSX permet d’en administrer toutes les caractéristiques, y ajoute la microsegmentation et intègre des mesures de sécurité renforcées. Mais cela a un coût et VMware NSX est facturé en sus.

VMware propose d’autres outils évolués, pour l’administration et pour les métiers, mais eux aussi sont facturés en supplément. Toutefois, utilisés à bon escient, ils permettent de réduire les dépenses générales des opérations.

VMware domine le marché des hyperviseurs depuis de nombreuses années. ESXi est de loin la solution favorite vers laquelle se tournent spontanément les grandes entreprises. ESXi peut être déployé dans les succursales dans une configuration à seulement deux nœuds, mais avec un nœud témoin dans le cloud. Cette solution permet de réduire les coûts.

L’un des principaux avantages de l’hyperviseur ESXi est sa prise en charge d’infrastructures tierces, une caractéristique particulièrement appréciée par les entreprises qui ont un certain historique informatique. L’intérêt de conjuguer ESXi avec des équipements déjà en place est que l’administration de ces derniers devient bien plus simple depuis l’interface d’administration de VMware.

Comparaison entre Nutanix AHV et VMware ESXi : le verdict

Pour comparer les hyperviseurs de Nutanix et de VMware, les administrateurs doivent chercher quelles fonctionnalités sont le mieux adaptées à leurs charges de travail.

Pour comparer les hyperviseurs de Nutanix et de VMware, les administrateurs doivent chercher quelles fonctionnalités sont le mieux adaptées à leurs charges de travail.

De prime abord, les administrateurs auront tendance à accorder beaucoup d’importance à la pérennité de leurs acquis : la plupart ayant appris à totalement maîtriser un précédent environnement vSphere ESXi, il leur semblera plus naturel de rester chez VMware. Et, ce, d’autant plus si des outils tiers s’interfacent avec ESXi ou vSphere. Attention toutefois à la possible précarité de cette stratégie : quand les enjeux des entreprises les poussent à s’étendre vers le cloud public, par exemple, le maintien des technologies et des connaissances historiques peut tout autant être synonyme de frein que d’accélérateur.

Ensuite, si Nutanix AHV est bien un hyperviseur au même titre que VMware ESXi, sa seule vocation est d’être utilisé au sein du système d’hyperconvergence Nutanix AOS. Techniquement, rien n’empêche une machine virtuelle dans un environnement Nutanix de consommer des services de stockage externes, de types NAS en NFS, ou même SAN en iSCSI. Cependant, ce n’est pas le but d’une infrastructure hyperconvergée AOS qui fonctionne sur du matériel vendu avec ses propres disques durs. Les applications qui nécessitent d’ordinaire des SAN en Fiber Channel ne sont pas adaptées à l’environnement Nutanix. Si votre ambition était de récupérer votre vieux SAN pour l’accoler à votre nouveau cluster de machines virtuelles, alors AHV n’est pas la solution qu’il vous faut.

Vient ensuite la question du prix. AHV, n’est fourni qu’avec son système d’hyperconvergence AOS, pour lequel il existe trois offres : Starter, Pro et Ultimate. ESXi, de son côté, est disponible dans quatre offres vSphere pour seulement virtualiser les serveurs. Pour en faire une solution d’hyperconvergence complète comparable à l’offre de Nutanix, il faut soit ajouter à vSphere des licences pour le système de stockage vSAN, soit acheter directement l’une des quatre offres VMware Cloud Foundation qui correspondent aux offres vSphere agrémentées de vSAN.

Quelle que soit la version d’AOS achetée, Nutanix offre la gestion automatisée des charges de travail entre clusters. Cette fonctionnalité n’est pas disponible dans la version basique de vSphere. La gestion manuelle est tout à fait utilisable chez VMware, mais elle est moins efficace.

Chez Nutanix comme chez VMware, il faudra opter pour les offres les plus chères pour bénéficier du chiffrement des données au repos.

Les fonctions de déduplication et de compression, essentielles pour réaliser de véritables économies de stockage, ne sont disponibles chez VMware qu’à condition d’avoir acheté vSAN. Chez Nutanix, elles ne sont disponibles que dans les offres Pro et Ultimate. Sans elles, le nombre de nœuds dans un cluster est de surcroît plus limité.

Chez Nutanix comme chez VMware, il faudra opter pour les offres les plus chères pour bénéficier du chiffrement des données au repos. C’est un point essentiel pour de nombreuses entreprises compte tenu de l’évolution constante du paysage des données à caractère personnel.

Nutanix AHV peut être installé sur du matériel en marque blanche, sous réserve de respecter de strictes exigences de compatibilité. Les produits Nutanix sont généralement commercialisés avec des serveurs spécialement validés pour, et dont l’éditeur met régulièrement à jour la liste. Il existe par ailleurs des appliances préconfigurées chez Dell, HPE, Lenovo et Fujitsu. Nutanix en vendait jusqu’ici lui-même sur une base SuperMicro. On retiendra surtout que les entreprises qui remplacent VMware ESXi par Nutanix AHV remplacent aussi leur matériel.

Pour approfondir sur Infrastructure hyperconvergée

Close