Cet article fait partie de notre guide: SAP S/4HANA : guide pratique pour mieux migrer

ERP : les 5 différences majeures entre S/4HANA et SAP ECC

Alors que les entreprises sous ECC analysent les options dont elles disposent pour l’avenir de leurs ERP, il est essentiel de bien comprendre comment leurs systèmes SAP actuels diffèrent de S/4HANA. Voici quelques différences parmi les plus importantes.

Un changement fondamental est toujours intimidant. Ne rien faire et ne pas bouger apparaît souvent comme la solution la plus sûre. Encore plus lorsqu’il s’agit de changer d’ERP. Mais ce n’est pas une option à long terme.

À l’approche de 2027, date qui marquera la fin du support de SAP ECC (ERP Central Component), nombreux sont les conseils d’administration – avec leurs DSI – à être entrés dans une forme d’immobilisme inquiet. Beaucoup se posent ces mêmes questions : en quoi consisterait une migration vers SAP S/4HANA ? Qu’impliquerait-elle ? Faut-il la faire ou passer à la concurrence ? Quel est le bon moment pour la faire ? Comment la mener au mieux ?

« Intelligent Enterprise »

Ce type de projet de migration vers S/4 commence par une adhésion au concept « d’entreprise intelligente » de SAP (« Intelligent Enterprise »).

Il s’agit là d’une évolution globale d’une organisation et de ses processus. Ce concept repose sur l’idée que les technologies modernes (AI/ML, IoT, low-code/no-code, etc.) – que SAP regroupe dans sa « Business Technology Platform » – et des processus opérationnels intégrés rendent l’entreprise plus résiliente et plus « durable ».

Il implique au passage de réunir les données opérationnelles et les données « d’expérience ». Et, il met l’analytique en avant pour des processus décisionnels plus éclairés qui s’appuient réellement sur les données.

Sur le papier, tout cela est très alléchant. Mais pour aller vers cet avenir numérique, il faut donc d’abord augmenter ses capacités en passant à un ERP de nouvelle génération, S/4HANA, et tirer parti de la valeur ajoutée potentielle qu’il propose.

Mais comme dit le dicton « on sait toujours ce que l’on quitte, on ne sait que rarement ce que l’on va trouver ». Pour vous aider, voici un examen des différences majeures entre SAP ECC et S/4HANA pour mieux « savoir ce que vous pourriez trouver ».

Points communs

Tout d’abord, les deux ERP de SAP ont plusieurs points communs.

ECC et S/4HANA sont des suites qui gèrent toutes les deux les opérations pour les ventes, l’approvisionnement, la fabrication, la distribution, le service, la qualité, la comptabilité (et la finance) ou encore la maintenance des installations industrielles.

Les deux systèmes centralisent les informations opérationnelles dans une seule base de données, standardisent et automatisent les tâches et les procédures, et disposent d’une source unifiée d’informations pour le reporting opérationnel.

ECC et S/4HANA sont tous deux des suites modulaires, conçues pour que les entreprises puissent utiliser les éléments qu’elles souhaitent – des briques configurées de manière à répondre à leurs besoins spécifiques.

L’un dans l’autre, SAP S/4HANA et SAP ECC ont probablement 90 % de caractéristiques et de fonctions en commun. Mais elles ne les font forcément pas de la même manière avec les changements technologiques qu’apporte S/4.

Tableau des différences entre ECC et S4HANA

Différences

Le tableau ci-dessus liste plusieurs différences majeures entre ECC et S/4. Approfondissons un peu la question en mettant en lumière celles qui me paraissent être les cinq principales :

  1. Base de données. SAP ECC peut fonctionner sur des bases de données tierces comme Oracle, MaxDB ou IBM. S/4 fonctionne uniquement sur SAP HANA, la base in-memory maison.
  2. Fichiers clients et fournisseurs vs Business Partner. ECC possède des fichiers clients et fournisseurs bien distincts, même pour les cas où une entreprise serait les deux à la fois. À l’inverse, S/4HANA combine ces éléments, grâce à une structure de données communes, dans un registre Business Partner unique.
  3. Fusion des modules CO et FI. Dans SAP ECC, les informations du module qui gère la comptabilité (FI) pour les besoins externes de l’entreprise (communications réglementaires, etc.) sont « mappés » avec des éléments du module de contrôle de gestion (CO) qui gère l’interne. Dans S/4HANA, la structure unique du journal permet de stocker à la fois le General Ledger (GL, le Grand Livre) et les éléments de CO.
  4. Nouveau GL. SAP ECC peut fonctionner au choix avec la structure « classique » du Grand Livre (GL) ou avec la « nouvelle » structure GL. S/4HANA utilise uniquement un nouveau GL, qui est techniquement très similaire à celui du nouveau GL de ECC. Il sera donc un prérequis pour votre comptabilité en cas de migration.
  5. Les remises. Dans ECC, la gestion des remises faites aux clients sont gérées dans le module SD (Sales & Distribution). Dans S/4HANA, ces remises sont prises en charge dans un nouvel outil de gestion des règlements (Settlement Management) par le biais des conditions de contrats (Condition Contract).

Nouvelle génération d’ERP ou prochaine génération d’entreprises ?

SAP ECC peut parfaitement faire fonctionner les entreprises aujourd’hui. Et l’ERP le fait d’ailleurs très bien. Mais pour aller vers une transformation digitale plus poussée, S/4 est la fondation indispensable de « l’entreprise intelligente » imaginée par SAP.

Dit autrement, le véritable intérêt du passage à S/4 ne réside pas tellement dans les différences fonctionnelles et de modules entre les deux ERP, mais dans les différences opérationnelles et métiers qu’elles permettront demain. Nous y reviendrons.

Pour approfondir sur Applications transversales - PGI (ERP)

Close