Les avantages du DRaaS

Les avantages des services en ligne de reprise d’activité comprennent un coût peu élevé, une fiabilité maximale et une administration allégée.

Les services en ligne de reprise d’activité (ou Disaster Recovery as a Service, alias DRaaS, en anglais) correspondent à une tendance apparue ces dernières années et qui est très populaire auprès des entreprises. L’enjeu est à la fois de sauvegarder les données vitales et les applications, mais aussi de fournir une infrastructure de secours en cas de défaillance sur le site de production. Bien que cette technologie soit encore jeune, elle apporte de nombreux avantages qui suscitent l’intérêt des entreprises.

« À partir du moment où l’IT est de plus en plus fournie sous la forme de services en ligne, il tombe sous le sens que la reprise d’activité le soit aussi », juge Richard Butgereit, en charge du service des Réponses aux catastrophes, au sein du Centre américain pour l’Intelligence Géospatiale.

Néanmoins, le fait d’être un service en ligne n’est que l’un des arguments en faveur du DRaaS. Il en existe quatre autres.

1/ La vitesse

Dans un service de DRaaS, le processeur de retour en production est bien plus rapide et bien plus fiable qu’avec les approches de reprise d’activité traditionnelles.

« Les solutions de DRaaS utilisent les technologies les plus performantes de réplication des données et d’orchestration de la restauration des données, afin d’atteindre des objectifs et des délais de reprise d’activité (RPO/RTO) particulièrement ambitieux », commente Joseph George, en charge des produits et services chez le prestataire Sungard Availability Services.

« Ces services haut de gamme sont d’autant plus intéressants, que la plupart des solutions DRaaS de dernière génération qui reposent sur du cloud public, proposent un tarif à l’usage qui permet d’en minorer le prix. »

2/ Peu cher et très fiable

Le faible prix des services DRaaS est sans doute la raison qui explique le plus souvent leur adoption. En effet, déployer une solution de reprise d’activité traditionnelle, sur site, est d’ordinaire particulièrement coûteux, car elle nécessite d’investir dans du matériel en plus des logiciels à acquérir et des personnels à mobiliser.

« Des estimations montrant des coûts mensuels très élevés ont découragé les entreprises de déployer une solution de reprise d’activité »
Greg ArnetteBarracuda Networks

« Le DRaaS est de fait devenu “LA” fonctionnalité à avoir parmi l’éventail des outils de protection et nombreux sont les fournisseurs de solutions de sauvegarde qui complètent désormais leurs offres de sauvegarde en ligne avec un service de DRaaS », explique Greg Arnette.

En général, un prix peu élevé rime avec un service d’entrée de gamme. Pour les experts, ici, au contraire, la fiabilité fait partie intégrante de l’offre.

« À l’instar des IaaS et autres SaaS, le DRaaS est un service basé sur le cloud et il hérite naturellement de sa haute disponibilité et de sa résistance aux incidents », lance Ted Wagner, le RSSI de la branche National Security Services chez SAP.

3/ Une administration allégée 

Utiliser un service DRaaS minimise l’effort à fournir par les administrateurs système, lesquels cessent ainsi de perdre du temps sur des tâches peu visibles des métiers.

« La reprise d’activité est rarement identifiée comme une tâche utile à la production. Par conséquent, les entreprises montrent assez peu d’enthousiasme quand il s’agit d’investir du temps et des budgets pour encadrer ces programmes », analyse Ned Bellavance, directeur des solutions cloud chez Anexinet. « En optant pour du DRaaS, elles n’ont plus besoin de mobiliser des ressources ce qui, mécaniquement, réduit le coût du projet. »

Brian Gill, le CEO de Gillware, abonde en ce sens. « Pour la plupart des entreprises, il est bien plus rentable de confier toute la technicité de la reprise d’activité à un prestataire, plutôt que mobiliser les équipes IT internes sur son administration. En plus, cela fait un domaine en moins sur lequel les informaticiens devront être formés. »

L’enjeu reste de s’assurer que les données ont bien été protégées et que les processus de remise en route ne sont pas minés par des erreurs de configuration.

Cela dit, Brian Gill prévient : ne pas avoir à assumer toute l’administration d’un DRaaS est une chose, mais attention à ne pas faire l’impasse sur la surveillance régulière des processus, ni sur l’audit des sauvegardes. Selon lui, l’enjeu reste de s’assurer que les données ont bien été protégées et que les processus de remise en route ne sont pas minés par des erreurs de configuration.

4/ Redondance et montée en charge naturelles

L’un des principaux avantages d’un service de DRaaS, enfin, est la tranquillité d’esprit qu’il procure. Car il n’y a généralement pas d’effet de bord à prendre en compte.

« Vos sauvegardes sont stockées en de multiples endroits, ce qui signifie que vous n’êtes plus tributaire d’un incident à un endroit précis », indique David Stills, DSI chez Saalex Solutions, un fournisseur de services managés américain pour PME.
« De plus, à partir du moment où le service de DRaaS est exécuté par des ressources virtuelles, cela signifie qu’il peut croître à la demande », conclut-il.

Pour approfondir sur IaaS

- ANNONCES GOOGLE

Close