Fotolia

Susciter l'adhésion des utilisateurs est crucial pour migrer de Slack vers Microsoft Teams

Pour les entreprises déjà clientes de Microsoft 365, la migration de Slack vers Teams est logique d'un point de vue coûts et gestion unifiée de l'IT. Mais cette transition ne peut se limiter à obliger les utilisateurs à changer d'outils en les mettant devant le fait accompli.

Microsoft Teams commence à regagner du terrain sur Slack à mesure que les entreprises clientes de Microsoft cherchent à créer un environnement plus normalisé pour leur Collaboration Unifiée (UC). Pour celles qui sont abonnées à Microsoft 365, regrouper toutes les applications de collaboration sous la bannière Microsoft offre une meilleure supervision. Mais la migration de Slack vers Teams nécessite une planification minutieuse.

« Le principal moteur que nous constatons pour ces migrations est la volonté des organisations de simplifier leur environnement », explique Irwin Lazar, analyste chez Nemertes Research. « Les entreprises prennent une décision stratégique, car beaucoup d'entre elles utilisent déjà Microsoft 365 - qui inclut Teams - ce qui leur permet de réduire leurs coûts et d'ajouter du monitoring ».

D'un autre côté, Slack plait aux utilisateurs finaux grâce à un certain nombre d'intégrations possibles avec des applications tierces, comme le partage de fichiers ou les outils analytiques - des intégrations qui permette d'adapter Slack facilement à des processus métiers spécifiques. Dans certains cas, les employés ne se rendent pas compte que Teams peut exécuter bon nombre des mêmes fonctions, souligne Hunter Willis, directeur du marketing produit pour AvePoint, un fournisseur de services de migration et de gestion des données.

Quoi qu'il en soit, le nombre de migrations vers Microsoft Teams est en hausse, estime Hunter Willis. Mais les organisations qui font ce choix doivent se préparer à deux pièges - la migration des informations et la résistance des utilisateurs.

Migrer les données

Slack (comme d'autres applications de chat ou de messagerie instantanée) facilitent une communication d'équipe plus contextualisée et en temps réel. Lors d'un passage à Microsoft Teams, l'IT doit trouver un moyen de migrer les utilisateurs, mais aussi de transférer les informations. Or si Slack permet aux utilisateurs d'exporter des conversations, ces conversations ne peuvent pas facilement être importées dans Teams. Les utilisateurs devront souvent quitter l'environnement Teams pour accéder aux informations générées dans une précédente plate-forme.

Peu d'outils permettent de déplacer les données d'une plate-forme et de les injecter sans modification dans Teams. Des services comme AvePoint et Mio, par exemple, peuvent être envisagés lors de la planification d'une telle migration. Mais si AvePoint peut transférer des informations et des fichiers de Slack vers Teams, il n'a pas encore la possibilité de déplacer les discussions, concède Hunter Willis.

Mio pour sa part agit en tant qu'outil unificateur tiers qui synchronise les discussions dans Slack, Microsoft Teams et Webex Teams. Synchroniser ces canaux de discussion avant une migration est un bon début pour assurer une transition des chats de Slack vers Microsoft Teams.

Résistance au changement de l'utilisateur

Pour de nombreuses entreprises, la partie la plus difficile de la migration de Slack vers Microsoft Teams sera la résistance des utilisateurs, prévient Irwin Lazar.

Dans le paysage très « freemium » des communications unifiées, les employés ont amplement eu l'occasion de créer des préférences pour des outils spécifiques, qui peuvent ne pas avoir l'approbation de l'IT. Obliger ces utilisateurs à abandonner les applications et les plates-formes qu'ils ont choisies pour passer à une plate-forme homologuée par l'entreprise a peu de chances de les empêcher de se tourner vers les outils non approuvés. Il ne faut pas s'attendre à une migration du jour au lendemain vers une nouvelle plate-forme, avertit Hunter Willis.

Obtenir l'adhésion des utilisateurs finaux doit passer par une formation. Le moyen le plus simple pour l'informatique de faciliter la migration de Slack vers Microsoft Teams est d'échanger avec les employés. Il faut savoir sur quel outils ils travaillent et avec quelles fonctionnalités, puis montrez-leur comment retrouver ces capacités dans Teams. Dans les environnements qui sont déjà sous Microsoft 365, l'IT montrera comment Teams peut s'intégrer dans les workflows établis par une équipe.

Faire comprendre pourquoi une entreprise décide de standardiser sur une seule et unique plate-forme permet de réduire considérablement la résistance au changement face à un nouvel outil de gestion des workflows. La migration doit aussi permettre de mettre au point des processus qui améliorent la vie d'un employé.

Hunter Willis ajoute qu'une méthode qui aide les groupes à passer de Slack vers Microsoft Teams consiste à fixer une date limite pour la fin de la migration. Des séances de formation axées sur des fonctionnalités particulières devront être organisées dans ce laps de temps pour aider les utilisateurs à s'adapter à cette transition.

Pour approfondir sur Outils collaboratifs

- ANNONCES GOOGLE

Close