Oodrive virtualise ses postes de travail avec Nutanix et VMware

Conseillé par Virtic, Oodrive a retenu une solution basée sur les produits de Nutanix et de VMware pour virtualiser ses postes de travail. Au détriment du VDI-in-a-Box jugé trop peu performant.

C’est depuis la fin 2013 qu’Oodrive, spécialiste français du stockage en mode Cloud, a identifié le besoin de virtualiser ses postes de travail : il s’agissait d’une volonté de centraliser l’infrastructure et de réduire la maintenance sur les postes. Environ cinquante postes sont aujourd’hui déployés, auprès d’utilisateurs de la comptabilité, des ressources humaines ainsi que quelques développeurs. L’objectif est doubler le chiffre d’utilisateurs concernés d’ici la fin de l’année.

VDI

C’est Virtic qui a amené Oodrive à opter pour une solution associant les matériels convergés de Nutanix et les logiciels de VMware. Précédemment, Oodrive avait testé la solution low-cost VDI-in-a-Box que Citrix prévoit d’arrêter. C’était l’offre conjointe Citrix/Dell que le spécialiste du Cloud avait commencé par essayer, sans obtenir satisfaction. Et d’évoquer des problèmes de performances, mais également de support de certaines configurations, dont celles combinant plusieurs écrans connectés à un seul terminal Wyse.

Une expérience utilisateur sans altération

Pour Oodrive, l’offre mise en place par Virtic s’avère aujourd’hui « dix fois plus satisfaisante » que celle précédemment testée. Le support du protocole PCoIP n’est y pas pour rien, semble-t-on comprendre : les configurations multi-écrans sont bien supportées, et les utilisateurs profitent d’une expérience comparable à celle qu’ils avaient avec leurs postes physiques.

D’ailleurs, pour limiter la composante humaine du projet, les équipes d’Oodrive ont préféré dédier à chaque utilisateur sa propre machine virtuelle. Certes, le composant Mirage de VMware Horizon est mis à contribution pour optimiser chaque VM et dissocier, en couches, système d’exploitation, applications et environnement utilisateur, mais il n’est pas question ici de recourir aux clones liés.

La problématique des accès distants

Pour l’heure, les déploiements continuent de se faire de manière progressive, profitant notamment de l’arrivée en fin de vie des PC existants et de l’aboutissement de projets pour les développeurs. Ce qui permet de déterminer une liste, chaque mois, d’utilisateurs à migrer.

Mais si l’un des objectifs du projet est de faciliter les accès distants, le sujet reste encore imparfaitement traité. Les agences de Vannes et de Belgique sont en phase de PoC et Oodrive travaille étroitement avec son partenaire Virtic pour optimiser les accès distants et offrir une expérience satisfaisante. Ce que les liens VPN de site à site ne permettent pas pour l’heure.

Enfin, Oodrive travaille encore à la question du chiffrement. Pour certaines populations appelées à manipuler des données critiques, comme les services financiers et les ressources humaines, les disques durs des postes de travail étaient intégralement chiffrés avec BitLocker. La virtualisation a rendu son utilisation ingérable, en particulier pour les ouvertures de session : les utilisateurs devaient se rendre physiquement auprès des serveurs pour s’authentifier.

Pour l’heure, Oodrive teste d’autres solutions, comme VeraCrypt, l’un des successeurs de TrueCrypt (avec CipherShed), pour chiffrer non pas tout le disque virtuel des VM, mais uniquement les fichiers sensibles.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close