Actualites

Qui veut s’offrir Nokia ?

Valéry Marchive

Selon l’AFP, les rumeurs de rachat s’intensifient autour de Nokia. De fait, selon le Wall Street Journal, Microsoft a «récemment eu des échanges avancés

Continuer à lire cet article

Profitez de cet article, ainsi que de tous nos e-guides, actus, conseils, et bien plus.

En soumettant vos informations d'enregistrement à LeMagIT.fr vous acceptez de recevoir des communications par courriel de TechTarget et de ses partenaires. Nous vous encourageons à lire notre Politique de confidentialité qui contient des données importantes sur la façon dont nous recueillons et utilisons votre inscription et d'autres informations. Si vous résidez hors des États-Unis, en soumettant ces informations d'inscription, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux États-Unis. Vous pouvez nous contacter à webmaster@TechTarget.com.

avec Nokia au sujet du rachat de son activité terminaux ». Les discussions auraient achoppé sur le prix de la transaction et sur la position dégradée du Finlandais sur le marché des téléphones mobiles, notamment. La rumeur n’est pas nouvelle. L’Helsinki Times en faisait état en juin 2012. Et même, fin 2011, le Wall Street Journal rapportait des échanges sur une éventuelle alliance de Microsoft, Nokia et RIM. Encore une fois, une demi-surprise alors que Stephen Elop, ancien du géant de Redmond, avait préparé ses troupes à un rapprochement entre les deux retardataires du monde moderne du smartphone, avant d’annoncer un partenariat autour de Windows Phone, début 2011. 

Dans un entretien avec le Financial Times, Richard Yu, président de la division grand public de Huawei a évoqué la possibilité d’un rapprochement avec Nokia, expliquant que le Chinois «étudie ce genre d’acquisition; peut-être qu’une combinaison peut générer quelques synergies mais cela dépend de la volonté de Nokia. Nous avons l’esprit ouvert ». Plus tôt, des rumeurs avaient fait état d’un possible intérêt de Lenovo. 

En attendant, Nokia continue de souffrir. Au premier trimestre de l’année, ses ventes de terminaux ont reculé de 25 % par rapport au dernier trimestre 2012, pour s’établir à 2,9 Md€. Dans le détail, les ventes de téléphones mobiles ont reculé de 30 % à 55,8 millions d’unités - Nokia évoquant une saisonnalité normale - tandis que celles des smartphones Lumia ont progressé de 27 % - «reflétant un succès grandissant », assure l’équipementier. 

N’empêche, Nokia ne figurait pas dans le top 5 des constructeurs de smartphones au premier trimestre 2013 et se contentait de la seconde position sur le marché des téléphones mobiles, à moins de 15 %.


Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.