Guerre de tranchées à la SNCF contre le projet Ulysse

Un an. C’est le temps qui s’est écoulé depuis l’annonce de la co-entreprise SNCF-IBM, visant à regrouper toutes les prestations du grand compte pour en dégager 20 % d’économie. Un projet, nommé Ulysse, face auquel les syndicats n’ont pas baissé les bras et continuent de se battre contre ce qui a pris des airs d’une Odyssée dont le dénouement apparaît de plus en plus incertain. Dernier avatar en date de cette guerre des tranchées : une procédure en référé lancée par le syndicat Sud-Rail pour obtenir la suspension du projet pour défaut de consultation des instances représentatives du personnel et du comité central d’entreprise.

affiche ibmC’était mi-janvier 2010 : IBM et la SNCF annonçait la création d’une co-entreprise pour regrouper des prestations informatiques dispersées. Le contrat, d’une durée de six ans et d’un montant de 1,7 Md€ couvre la maintenance, le développement, l’exploitation des applications et la gestion des études. A la clé, une économie attendue de 300 M€. Mais c’était sans compter avec la fronde des informaticiens de la SNCF. Très vite, derrière le discours officiel, ceux-ci estiment que, ce qui se trame avec ce projet appelé Ulysse, n’est ni plus ni moins qu’une délocalisation vers l’Inde et le Maroc «où IBM dispose déjà de centres de services», nous indiquait fin mars dernier Emmanuel Vinuales, délégué Sud Rail et informaticien ASTI à la SNCF - une entité qui s’occupe du déploiement des applications et du support des postes de travail, notamment. «L’exploitation de l’informatique de la SNCF est déjà suffisamment industrialisée pour qu’il ne soit pas possible de faire chuter son coût de 520 €/jour homme en moyenne à 230 €/jour homme (la cible du projet Ulysse, NDLR) sans recours à l’offshore.» Au total, 250 à 350 emplois menacés sur le bassin lillois, quelques centaines d’autres sur le Grand Lyon, Paris, et Nantes pour un total de plus d’un millier, dont une bonne partie de prestataires externes. 

magit 306 sncfL’offshore confirmé puis affiché

Quelque semaines plus tard, fin avril, c’est un projet d’organigramme de la future co-entreprise IBM/SNCF qui confirme le recours envisagé à l’offshore, en particulier la partie portant sur la « transition et la transformation ». Là, se trouvent pêle-mêle nombre de noms dont l’origine géographique laisse d’autant moins de place au doute qu’elle est parfois même précisée à côté du nom : « Sr Migration Manager Application Transition – Pradip K Panigrahi » ; « Due Diligence Manager – […] Achai R Sangel (Inde) » ; « Connectivity/Infra : Venkatesh Annamalal (Inde), Cezar Simion (Roumanie) […] » ; « Application Transition Managers – […] Santhosh Kandaswamy (Inde depuis la France), Mihaels Crimu (Roumanie Transition Manager), Puneet Jain (Inde depuis la Roumanie), TBN (en Inde) ». L’auteur du blog Cortis.fr, au coeur de la protestation contre le projet, nous indique alors que, selon lui, «la traduction de certaines spécifications serait déjà en cours ». Plus loin, le projet d’organigramme souligne un peu plus l’importance de l’offshore dans l’organisation du projet avec, en particulier, un « delivery account manager » indien auquel doivent répondre directement des « delivery lead » en France, en Roumanie, et en Inde. Bref, des centres de services éclatés géographiquement et tous supervisés depuis le sous-continent. Fin novembre 2010, l’auteur du blog Cortis.fr relève un dossier de nos confrères du Journal du Net, dans lequel se confie Eric Grasset, directeur des prestations systèmes d’information de la DSIT de la SNCF. Evoquant la question de la qualité logicielle, il fait état d’un chantier «initié à l’occasion de la mise en place d’une politique de centres de services offshore en lien avec IBM ».

magit331 grevesncfDe Charybde en Scylla

Très vite, les syndicats des informaticiens de la SNCF multiplient les opérations de résistance au projet Ulysse. Avec notamment l’organisation d’une journée sans informaticien le 1er avril. Mais aussi une manifestation le 26 mai devant le siège de leur entreprise à Paris, puis une autre le 2 juin, à l’occasion de l’inauguration de la Tour Oxygène à Lyon... les torpilles se sont multipliées contre le projet, jusque sur le terrain judiciaire. Dès juillet, trois comités d’entreprise ont lancé une procédure pour délit d’entrave. En septembre, Sud Rail a annoncé une seconde procédure en référé auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris pour obtenir la suspension du projet pour non consultation du comité central d’entreprise. Une audience devait avoir lieu le 13 janvier mais elle a été reportée au 3 février au matin «car l’avocat de la direction a remis à la dernière minute ses conclusions et les pièces du dossier», indique le syndicat dans un communiqué. Et de s’interroger sur le refus «du secrétaire du CCE (comité central d’entreprise, NDLR) [...] d’engager ce recours alors que les trois CE des Directions Centrales concernés ont lancé des procédures sur le fond du dossier pour les mêmes motifs ». Au final, Sud Rail appelle à la mobilisation, devant de TGI de Paris, le 3 février, à l’occasion de l’audience. Un préavis de grève sera déposé. Le syndicat attend de cette audience en référé la suspension du projet Ulysse. 

magit 293 ibmsncfMais la guérilla opposée au projet pourrait avoir déjà fait quelque victimes. Et en premier lieu Michel Baudy, DSI de la SNCF. Celui-ci avait pris les rênes de NoviaServ, la co-entreprise IBM/SNCF du projet Ulysse, après son lancement par Daniel Chaffraix, ancien patron d’IBM France. Mais Michel Baudy a laissé sa place mi-septembre à Jacques Orsini qui était jusqu’à lors Directeur de la Transformation et de la Stratégie des Systèmes d’Information. Pour l’auteur du blog Cortis.fr, cela ne fait pas de doute : «le ménage continue [...] Un message clair est adressé aux cadres dirigeants, tenus en partie responsables du fiasco du projet Ulysse.»

En complément :

- SNCF-IBM : face à la fronde des informaticiens, le projet Ulysse n'est plus assuré d'arriver à bon port

- Ulysse : les informaticiens de la SNCF maintiennent la pression

- Nouvelle journée de mobilisation des informaticiens de la SNCF contre la co-entreprise avec IBM

- Grâce à la SNCF, la France devient la locomotive de l'outsourcing en Europe

- Gilles Albertus prend la tête de la DSI de la SNCF sur fond d'externalisation avec IBM

- Un projet d’organigramme pour la co-entreprise SNCF/IBM confirme le recours à l’offshore

- Greve des informaticiens de la SNCF : forte mobilisation contre la co-entreprise avec IBM

- Grève des informaticiens de la SNCF : dénoncer la délocalisation programmée

- 1er avril : journée sans informaticien à la SNCF

- Grève des cheminots : les informaticiens très mobilisés contre la co-entreprise IBM-SNCF

- Co-entreprise SNCF-IBM : les 8 enjeux d'un contrat d'infogérance original

- Infogérance : pour son informatique, la SNCF fait wagon commun avec IBM

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close