Quand le patron de Foxconn veut remplacer ses salariés par des robots

Selon des propos rapportés par China Business News, Terry Guou, le président de Foxconn voudrait faire passer le nombre de robots dans les usines du groupe de 10 000 à près de 1 millions en trois ans. Mais pour les communicants du groupe, il ne s'agit pas de remplacer les humains. Au pays de la société harmonieuse, la robotisation massive d'un groupe qui emploie déjà près de 1,2 millions de salariés pourrait en effet avoir des conséquences fâcheuses...

Foxconn pourrait porter le nombre de robots dans ses usines de 10 000 à plus de 1 million d'ici 3 ans, si l'on en croit son fondateur et dirigeant Terry Gou, cité par nos confrères de China Business News. Cette vaste expansion de la robotisation des usines du groupe pourrait singulièrement nuire à l'emploi en Chine.

Foxconn qui est l'un des principaux fabricants à façon en Chine - il produit notamment une large partie du catalogue d'Apple, mais aussi de Dell, HP, Motorola, Nintendo et autres géants de l'industrie électronique mondiale - emploie actuellement près de 1,2 million de salariés en Chine continentale. Historiquement basé à Taïwan, le groupe a progressivement fait de Shenzhen - où il emploie près de 500 000 personnes - le cœur de son empire industriel, mais a récemment connu de multiples déboires avec une vague de suicides liés aux conditions de travail ainsi que plusieurs accidents, dont un important incendie.


Hausse des coûts de main d'oeuvre

Foxconn doit surtout faire face à la hausse des rémunérations des ouvriers chinois qui augmente ses coûts de production et qui pousse le groupe à aller chercher une main-d’œuvre moins coûteuse de plus en plus loin dans les terres. Plusieurs usines Foxconn sont ainsi en train de monter en puissance dans les nouvelles zones de développement économique voulues par le gouvernement chinois dans les provinces centrales du pays comme le Sichuan (à Chengdu et Chongqing), le Hubei (à Wuhan), mais aussi dans le Henan (à Zhengzhou). Mais tôt ou tard, les employés de ces régions voudront eux aussi leur part de la prospérité chinoise. C'est sans doute pour cela que Gou semble vouloir prendre les devants en annonçant son intention de robotiser massivement ses usines. Après tout,  un robot ne demande d'augmentation de salaire (même s'il reste pour l'instant moins souple qu'un humain).

Le problème est que vu les effectifs concernés et la taille du plan de robotisation évoqué par le président de Foxconn, on imagine très bien ce que pourrait donner un plan de licenciement version locale et les réactions qu'il entraînerait de la part du  gouvernement chinois - qui s'évertue à censurer les mauvaises nouvelles à l'instar de la censure imposée aux médias chinois sur l'accident de TGV local.

Nos confrères du Financial Times expliquent donc dans un article paru aujourd'hui, que les communicants de Foxconn sont passés en mode communication de crise pour tempérer les propos du Boss. L'objectif expliquent-ils n'est pas de remplacer les humains, mais "de faire monter les employés en compétences au-delà des tâches basiques d'assemblage". Et ainsi continuer de participer à la construction de la "société harmonieuse" voulue par le Parti Communiste Chinois ?

A lire aussi sur LeMagIT :

Suicides : Foxconn va augmenter ses salaires de 30 % en Chine

Conditions de travail: le sous-traitant Foxconn dans le collimateur de ses clients

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close