Nokia transfère 3000 salariés à Accenture et annonce 4000 licenciements additionnels

On s'en doutait la politique du quitte ou double de Nokia avec l'adoption de Windows Phone ne se ferait pas sans conséquences sociales. C'est désormais acquis. Le Finlandais va ainsi transférer à Accenture près de 3000 salariés en charge de ses activités Symbian et licencier 4000 salariés additionnels.

Les salariés de Nokia devraient prochainement subir les conséquences des décisions de leur nouveau patron, Stephen Elop, venu de Microsoft, qui a récemment décidé de faire de Windows Phone la plate-forme logicielle de choix pour les futurs terminaux de la marque en lieu et place de Symbian et MeeGo, jusqu'alors les deux plates-formes stratégiques de la marque. A moins d'une semaine de l'assemblée générale des actionnaires de la firme, la firme vient en effet d'annoncer une première vague de restructurations visant "à aligner les effectifs de la firme avec sa nouvelle stratégie".


3000 salariés transférés chez Accenture

Dans un premier temps, 3000 salariés de Nokia en charge des activités de développement Symbian de Nokia se voient proposer de basculer chez Accenture auquel le constructeur finlandais va externaliser l'ensemble de ses activités de développement autour de Symbian. Selon le contrat conclu entre les deux firmes - contrat qui devrait être finalisé à l'été -, Accenture fournira aussi des services de mobilité autour des futurs smartphones Nokia à base de Windows.

Le transfert des 3000 salariés devrait s'effectuer d'ici la fin de l'année et affectera notamment des équipes basées en Chine, en Finlande, en Inde, au Royaume Uni et aux Etats-Unis. En octobre 2009, Accenture avait déjà acquis les activités de services professionnels de Nokia qui fournissaient des services d'ingénierie aux licenciés Symbian du Finlandais. Pour ceux qui avait encore des doutes sur l'intérêt que porte Nokia à Symbian, la décision confirme que la plate-forme est définitivement dans une impasse.


4000 suppressions d'emplois

L'autre mauvaise nouvelle de la journée pour les salariés de Nokia est l'annonce par la firme d'Espoo, d'un plan de 4000 suppressions d'emplois dont l'objectif est de réduire la base de coûts du constructeur de près de 1 Md€ en année pleine. Ces 4000 suppressions d'emplois affecteront en priorité le Danemark, la Finlande et le Royaume-Uni et devraient s'effectuer d'ici la fin 2012. Nokia indique que tous les salariés visés resteront au moins rémunérés par la firme jusqu'à la fin 2011. Nokia, par la voix de son nouveau CEO - celui-là même qui vient d'appuyer sur le bouton d'éjection de 7000 salariés - indique par ailleurs que la firme lance "un programme de responsabilité sociale" dont le but est "d'offrir à ceux qui vont perdre leur emploi un ensemble d'options, allant de l'aide à la création de leur propre entreprise, à des formations en passant par des investissements pour promouvoir l'innovation...". Une attention que les personnels concernés trouveront certainement des plus touchantes.

Le constructeur confirme ainsi la fin d'un modèle vieux de 30 ans qui avait vu la firme bâtir son leadership mondial sur la R&D et sur des technologies développées en interne. Désormais, une large partie de sa R&D logicielle proviendra de Microsoft, dont le constructeur deviendra le principal bras armé matériel dans les téléphones mobiles. Gageons que chez Nokia, un certain nombre de cierges doivent être allumés dans l'espoir que le quitte ou double de Stephen Elop ne se transforme pas en un désastre pour la firme.

A lire aussi sur LeMagIT :

• Nokia/Microsoft: une alliance prévue depuis longtemps ?

• Nokia / Microsoft : la Finlande craint de très nombreux licenciements

• Smartphones Nokia - Microsoft : gagner ou mourir ensemble ?

• Pour Stephen Elop, la maison Nokia brule

• Symbian, 1998 -2010 : Nokia signe l'arrêt de mort à terme de son OS Mobile historique

Pour approfondir sur Equipementiers

- ANNONCES GOOGLE

Close