L’OCP retient Open Network Linux pour motoriser ses commutateurs libres

L’OS Linux de Big Switch Networks devient la référence pour les commutateurs en marque blanche aux spécifications OCP. Un choix qui confirme la percée de l’Open Source dans le monde des réseaux.

À l’occasion de L’open Compute Summit qui se tient à San Jose, Big Switch Networks a annoncé que sa plate-forme OS pour commutateurs en marque blanche Open Network Linux (ONL) avait été retenue comme Système d’exploitation réseau de référence pour motoriser les commutateurs Ethernet en marque blanche conformes aux spécifications OCP (Open Compute Project).

Un système d’exploitation open source basé sur Linux

ONL est la déclinaison libre de l’OS commercial de Big Switch Networks, SwitchLight OS. Le système d’exploitation supporte actuellement une douzaine de plates-formes de commutations. Basé sur un cœur Linux (noyau 3.9.2), il fournit tous les outils nécessaires pour la fourniture de services de niveau 2 ainsi que des services basiques de routage (niveau 3) et le support d’OpenFlow.

L’OS libre à récemment bénéficié de contributions de multiples sociétés comme Accton Technology (le fournisseur des commutateurs en marque blanche d’HP), Cumulus Networks, Interface Masters Technologies, Pica8, et QCP (Quanta Cloud Technology).

Un choix qui entérine la montée en puissance des piles libres dans le monde des réseaux

L’émergence d’un OS ouvert standard pour commutateurs en marque blanche confirme la montée en puissance de l’open source dans le monde des réseaux, un mouvement entamé il y a a déjà quelques années avec l’émergence de logiciels tels que Vyatta (routage) ou Open vSwitch, puis avec l’adoption par plusieurs constructeurs de cœurs Linux pour leur OS réseau (Arista en est un bon exemple).

Ce mouvement s’est accéléré depuis deux avec les travaux autour des plates-formes SDN telles qu’Open Daylight et avec les travaux autour de la couche réseau d’OpenStack. L’émergence d’OS libres pour motoriser les commutateurs n’est que la dernière pièce d’un édifice déjà riche et qui menace de plus en plus les plates-formes propriétaires des constructeurs. Pour l’instant cette menace est largement cantonnée au monde des grands du cloud, du web et de l’hébergement.

Mais avec la maturation progressive des piles réseaux open source, il est probable que ces couches libres viendront peu à peu supplanter les piles réseaux propriétaires de certains vendeurs. Un mouvement qui pourrait se traduire par une banalisation des équipements de commutation, mais aussi par une baisse des prix sur les plates-formes d’entrée et milieu de gamme.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close