Sergey Nivens - Fotolia

Priorités IT 2018 : la France, n°1 de DevOps mais en retrait dans les micro-services

Les entreprises françaises placent DevOps et les méthodes agiles parmi leurs priorités IT pour 2018. Comme poussées par le besoin de flexibilité induit par la transition vers le numérique. En matière de DevOps seul, la France surclasse les entreprises en EMEA.

En 2018, les entreprises françaises ont décidé de se donner davantage de flexibilité en matière de conception et développement logiciel ainsi que dans le déploiement d’applications. Selon les premiers résultats de la grande étude Priorités 2018, réalisée par LeMagIT / TechTarget, les entreprises hexagonales ont placé bien en haut de leur feuille de route la mise en place de processus DevOps, les méthodes agiles ainsi que les API. Autant de méthodes et technologies dont la vocation première est de se doter d’un volant particulièrement souple en matière de développement mais également de l’ensemble du cycle de vie des applications.

Quelque 21% des plusieurs centaines d’entreprises répondantes affirment que DevOps est une méthodologie qui sera déployée en 2018. C’est mieux que l’année dernière. Cela montre qu’en France, DevOps n’est pas qu’un buzzword, mais trouve ses cas d’usage. Le numérique comptant de plus en plus lourd dans les modèles économiques des grandes entreprises en France, DevOps y apparaît comme un accélérateur, tant de l’innovation que technologique, des phases de déploiements et de mise des produits sur le marché.

L’autre point important de cette étude est que, dans ce domaine, les entreprises françaises surclassent leurs homologues au Royaume-Uni et dans les pays germanophones (la région DACH - Allemagne, Autriche, Suisse). Au UK, DevOps n’apparaît comme une priorité que pour 14% des répondants. Ils ne sont que 12 % dans la région DACH. En EMEA, ce chiffre atteint 15%. 

En revanche, si le développement agile reste la 2e priorité IT en France pour 2018 (24% des répondants), derrière les API (25%) mais devant DevOps, la région DACH semble privilégier ces méthodes et affiche une forte avance en ce domaine dans la zone EMEA. 32% ont ainsi inscrit ces méthodes dans leur liste des priorités lorsqu’il s’agit de développement d’applications. Les entreprises britanniques suivent avec 27%. La France reste en retrait par rapport à la moyenne EMEA établie à 27%.

API pour découpler, mais peu de micro-services

Un autre enseignement de cette étude Priorités IT 2018 : les entreprise françaises miseront sur les API pour découpler leurs applications et systèmes et en faciliter les interconnexions et les intégrations à des écosystèmes tiers ou de partenaires. Cette approche devrait notamment être utilisée pour moderniser les applications. Une autre forte priorité des entreprises en France. Elles sont en effet 21% à l’avoir positionnée haut sur leur liste pour 2018.

Seules les entreprises au UK (28%) devancent la France en EMEA quant au recours aux API.

Pour autant, si les API sont privilégiées pour « ouvrir » les systèmes en proie à la modernisation, les micro-services et les containers ne forment pas encore les modèles architecturaux et de déploiement d’application phares en France. Les entreprises sont 8% à placer le premier dans leurs priorités et 9% pour le second. Dans ces deux domaines, la France est derrière le reste de l’Europe pris en compte dans cette étude – même si globalement, cela reste encore marginal. Les entreprises britanniques ont cité les micro-services dans 19% des cas, contre 12% pour la région DACH (qui est aussi la moyenne EMEA). Dans les containers, ce sont les entreprises germanophones les plus avancées : 14% le mentionnent dans leurs priorités, contre 11% au UK – 10% en EMEA. Faut-il peut-être considérer la SOA qui reste encore pour 10% des entreprises françaises une priorité pour 2018.

Pour approfondir sur DevOps et Agilité

- ANNONCES GOOGLE

Close