Business Application Platform : Google met son plan no-code à exécution

Google a annoncé via un article de blog une nouvelle offre de services nommée Business Application Platform. Celle-ci émane de la combinaison d’Appsheet un outil de développement low-code, avec Apigee, un logiciel de gestion d’API.

Combo post-acquisition. Google Cloud a dévoilé une nouvelle carte de sa manche d’offre dans le cadre de son fil rouge Google NextCloud Onair. Business Application Platform est présenté comme une solution pour faciliter la création ou la refont de processus métiers afin de les « faire passer à l’échelle », dixit Google Cloud.

Suite de l'article ci-dessous

Ce n’est pas une plateforme à proprement parler. Le géant du cloud réunit sous une appellation commerciale des produits de son catalogue. Ici, il s’agit avant tout de combiner AppSheet, un outil no-code particulièrement accessible, et le logiciel de gestion d’API Apigee.

Selon Google, il s’agit de simplifier la consommation de services, de données et de fonctionnalités via API, ainsi que les processus, tout en les automatisant et, à l’avenir, d’extraire des indicateurs via la plateforme Self Service BI Looker.

« Nous ajouterons de nouvelles fonctionnalités dans ces domaines qui tireront parti de l’expertise de Google Cloud en matière d’architectures hybrides et multiclouds, d’intelligence artificielle et de machine learning, de gestion du cycle de vie, de sécurité, de productivité et de collaboration », écrit Amit Zavery, Directeur général, Business Application Platform chez Google Cloud.

Concrètement cette « nouvelle » suite de produits s’appuie pour l’instant sur la bêta d’API Gateway, la préversion d’Appsheet Automation et la disponibilité générale de Apigee data source for AppSheet.

Faire le pont entre les développeurs d’API et les utilisateurs d’AppSheet

Ici, GCP veut réunir deux populations différentes : les développeurs expérimentés et les métiers. API Gateway, un service entièrement géré pour des workloads préparés par des développeurs. Bâti sur le service de proxy Envoy, cette passerelle permet de déployer et de sécuriser des API OpenAPI, préalablement écrites et documentées avec Apigee, qui communiquent avec des services comme Cloud Run, App Engine, Compute Engine, GKE ou Cloud Functions.

Question : comment relier ce service issu à Apigee et AppSheet ? Il se trouve qu’AppSheet permet désormais de consommer plus facilement des API « Apigee data source for AppSheet ». AppSheet fournit une liste d’intégrations natives avec G Suite, mySQL, Salesforce, PostgreSQL, Excel ou encore AWS DynamoDB. Dans l’idée, les développeurs pourront désormais préparer des API, gérées depuis API Gateway et utilisables par d’autres développeurs ou utilisateurs métiers d’AppSheet. Il n’y a donc pas encore, dans Business Application Platform, de facilitation de développement des API, ni de solutions pour simplifier la documentation OpenAPI. Pour cela, il faut passer par le service Apigee Edge.

AppSheet Automation doit compléter cette offre en facilitant l’automatisation des processus liés aux applications no-code. Disponible en préversion, il s’agit avant tout de le connecter aux produits du catalogue Google Cloud AI (Cloud AutoML, API Text to Speech/Speech to Text, AI Vision, mais aussi AI Building Blocks, etc.) de manière « unifiée ». Le géant du cloud promet également qu’AppSheet Automation « comprend les intentions et construit automatiquement les artefacts des processus ».

Un plan bien huilé… dans les pas de Microsoft

Pour rappel, Google avait annoncé l’acquisition d’AppSheet en janvier dernier. La Business Application Platform ne fait que confirmer sa volonté de compléter G Suite et Apigee avec une suite d’outils low-code. Cette stratégie ressemble beaucoup à celle de Microsoft qui a récemment acquis l’éditeur de RPA Softmotive pour compléter sa suite d’outils Power Apps. Les autres acteurs comme Pega Systems, Mendix ou Appian ne se sentent pas réellement menacés : ils cherchent à accélérer les développements d’envergure (et s’adressent donc aux développeurs et architectes d’applications) avant d’ouvrir leur plateforme aux utilisateurs métiers.

Pour approfondir sur Applications et services

Close