SDN, Hadoop, OpenStack : trio gagnant

Les applications ascendantes (northbound) du SDN sont plus une promesse qu'une réalité. Mais les applications southbound sont déjà déployables. Avec une valeur métier immédiate quand on les combine avec Hadoop et OpenStack.

Dans beaucoup de secteurs, les services informatiques travaillent avec un budget d'investissement étale et des effectifs décroissants. Dans le même temps, ils sont confrontés à une demande croissante en matière d'applications, de stockage et d'analyse des données.

Face à cette réalité, le Software Defined Network est intéressante mais uniquement dans la mesure où il offre une valeur métier immédiate.

SDN

A ce stade de son développement, ce que l'on appelle les applications ascendantes (northbound) pour SDN sont plus une promesse qu'une réalité. Mais les applications descendantes (southbound), liées à la gestion réseau, deviennent - elles - déployables.

Dans le secteur du commerce de détails (retails), les data stores augmentent généralement de 20 à 40 % par an, et bien sûr, rien n'est jamais supprimé. L'analyse Big Data avec Hadoop peut gérer mais également analyser ces données. Mais, en l'absence d'outils d'orchestration efficaces, à la fois pour les serveurs et pour les réseaux, le développement ou l'installation de nouveaux clusters Hadoop peut prendre entre plusieurs jours et quelques semaines.

Les équipes d'administration des réseaux, des serveurs et des applications doivent donc collaborer pour déployer et tester de nouveaux types installations.

Du côté serveur, des systèmes tels qu'OpenStack permettent de mieux gérer une telle orchestration. Du côté des réseaux, le SDN et ses outils associés peuvent également faire ce travail. La réduction du temps et l'amélioration de la précision du déploiement qui en résultent sont de grands progrès pour le SI.

Les autres applications descendantes qui offrent un gros potentiel d’améliorations sont le stockage SAN, la téléphonie et la convergence des données, ainsi que le réseau unifié.

Du côté du stockage, nous assistons à une forte poussée en faveur du stockage IP, à la fois FCoE et iSCSI. D'où la nécessité d'allouer des ressources à la fois en fonction des capacités des baies de stockage concernées et des applications en cours d'utilisation.

La nature dynamique des serveurs virtualisés exige que le réseau soit tout autant réactif aux besoins des applications. Pour la convergence, il est de la plus haute importance que des paramètres tels que la qualité de service et l'attribution de bande passante soient facilement configurés et reconfigurés pour satisfaire les besoins des utilisateurs.

Et c'est naturellement le cas dans les systèmes de gestion logicielle tels que SDN.

Finalement, l'une des principales lacunes des systèmes d'administration réseau actuels qui reste à résoudre est la capacité d'agréger les données d'utilisation pour présenter l'utilisation réseau globale par application.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close