Workday

Rachat de Scout RFP : Workday commence à ressembler à un ERP

Les analystes sont unanimes. Le rachat pour un demi-milliard de dollars d’une solution de sourcing et de gestion des achats traduit la volonté d’étendre le cœur de l’offre de Workday. Prochain achat attendu : le SCM.

Selon les analystes, l’acquisition par Workday de la société de sourcing et de gestion des approvisionnements Scout RFP le rapproche encore plus de son objectif : devenir un véritable ERP.

Workday va débourser 540 millions de dollars pour cet éditeur basé à San Francisco. Il s’agit du deuxième gros rachat en deux ans pour Workday. En 2018, Workday avait mis la main sur Adaptive Insights, un outil de planification et de gestion des performances d’entreprise, pour 1,55 milliard de dollars.

L’acquisition de Scout RFP n’est pas en soi une surprise. En janvier, Workday était en effet devenu un des investisseurs de l’entreprise. Mais pour les analystes, le rachat aide à comprendre la stratégie de Workday, et pourrait être la prochaine cible sur sa liste.

L’avis (unanime) des analystes

Pour Andrew Bartels de Forrester Research, Workday est en train de construire un ERP complet capable de proposer une couverture fonctionnelle semblable à celle de SAP ou d’Oracle.

Historiquement, Workday a débuté en 2005 comme un HCM/SIRH en mode SaaS. Au fil des années, il s’est doté de fonctionnalités qui le rapprochaient d’un ERP – dans le sens financier du terme. Aujourd’hui, il fait un pas de plus dans ce sens avec Scout RFP, qui est à la fois un outil de gestion des appels d’offres et un outil de sourcing des achats et de gestion des approvisionnements (en pur cloud). Pour Andrew Bartels, Scout RFP peut en plus se targuer « d’une très bonne ergonomie ».

Selon Forrester, la prochaine étape sera d'ajouter des briques de gestion des cycles de vie produits, d'analyse des dépenses et de gestion des risques de la chaine d'approvisionnement.

Avec les briques finances et RH, Workday a donc la base fondamentale d’un ERP cloud. Mais il ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Toujours selon l’analyste de Forrester, la prochaine étape pour Workday devrait consister à ajouter des briques de gestion des cycles de vie produits, d’analyse des dépenses et de gestion des risques de la chaîne d’approvisionnement.

Mais Workday pourrait tout aussi bien décider d’étendre sa suite dans une autre direction. Il pourrait parfaitement décider de se lancer dans le CRM en rachetant un éditeur comme SugarCRM, ajoute Andrew Bartels.

Holger Mueller, de Constellation Research, a la même lecture de l’histoire du rachat de Scout RFP. Workday « devient doucement une suite ERP complète ».

Mais plutôt que le CRM, Holger Mueller pense que le prochain rachat important de Workday ciblera la chaîne d’approvisionnement (SCM), ce qui lui donnerait une brique plus centrale pour un ERP de bout en bout.

Trevor White, analyste chez Nucleus Research, estime qu’unifier à la fois les RH et la gestion financière dans une suite « apportait une meilleure productivité » et pouvait améliorer le ROI des clients de Workday (même s’ils ne sont a priori pas majoritaires à avoir les deux à la fois). L’ajout de Scout, et de sa gestion du sourcing, étend encore les capacités d’intégration du backoffice de Workday et « va permettre aux organisations de maximiser encore plus leur productivité en ayant tout sur un seul outil ».

Robert Kugel, de Ventana Research, voit le rachat comme une très bonne nouvelle… pour les clients de Scout RFP. Pour lui, Scout avait déjà de bonnes bases financières. Mais pour les utilisateurs de Scout qui avaient encore quelques doutes, l’acquisition par Workday met fin aux interrogations. « Au cas où vous vous inquiétiez de l’avenir à long terme de cette entreprise d’un point de vue financier… ne vous inquiétez plus », conclut-il.

Sur Workday

ERP : Workday veut délibérément devenir le « référentiel de données » des entreprises

Prism Analytics, Accounting Center, SkipFlag, Workday Designer, API REST, PaaS. L’éditeur multiplie les outils d’intégration. Avec en tête l’idée de devenir la base de données centrale de ses clients au-delà des RH. Sa SVP Product Management explicite les différentes facettes de cette stratégie.

Chiffrement : Workday envisage de laisser les clefs aux clients

L’éditeur envisage à moyen terme de laisser les clients gérer leurs propres clefs de chiffrement pour assurer une confidentialité totale à leurs données hébergées dans son SaaS. Cette option ne pourra que renforcer la dynamique de Workday auprès des clients sensibles.

Doctolib soigne sa poussée d’hypercroissance avec une première dose de SIRH

Doctolib – qui recrute 50 personnes par mois – a dû rationaliser la gestion de ses ressources humaines en déployant un Core RH. Le Talent Management, la gestion des performances et le LMS devraient suivre.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close