Pure Storage passe ses baies //X au 100 % NVMe

Sept fois plus rapides que les SSD SAS/SATA, les modules NVMe rempliront les nouvelles baies SAN FlashArray//XR3 pour offrir jusqu’à 50 % de performances en plus sur les bases de données.

Pure Storage lance la dernière génération R3 de ses FlashArray//X. Ces nouvelles baies de stockage SAN 100 % Flash apporteraient en moyenne 25 % en plus de performances par rapport aux modèles précédents. Au cas par cas, le constructeur aurait mesuré une amélioration allant jusqu’à 50 % de performances supplémentaires sur des traitements SAP Hana, lorsque la mémoire est secondée par du stockage, grâce à l’extension NSE (Native Storage Extension).

Suite de l'article ci-dessous

Il indique aussi que sa nouvelle baie externe est plus performante que des SSDs connectés en SAS dans un serveur. Un test effectué sur MySQL montre que le nombre de transactions par seconde est 50 % plus important et la latence 35 % inférieure, dès lors que le serveur stocke ses données sur une FlashArray//X90 R3.

Du NVMe sur tous les modèles, grâce aux derniers Xeon

Techniquement, cette croissance de puissance est due au remplacement des SSDs SAS/SATA internes par des modèles NVMe, y compris sur la baie d’entrée de gamme FlashArray//X10R3. Individuellement, un SSD NVMe permet de multiplier par 7 la vitesse d’écriture par rapport à un SSD SAS/SATA. Sur les baies FlashArray//XR3, cela se traduit par une latence qui passe d’un peu moins d’une milliseconde à environ 250 ou 300 microsecondes (sans cache supplémentaire).

Pour supporter le 100 % NVMe, les nouvelles FlashArray//XR3 disposent de deux processeurs Xeon SP de seconde génération, dite Cascade Lake. Ensemble, ils fournissent les 80 canaux PCIe 3.0 nécessaires à la connectique de 20 unités NVMe, chacune étant dotée de quatre canaux de communication.

Ces unités ne sont pas des SSD NVMe traditionnels. Il s’agit de modules DirectFlash, un format propriétaire mis au point par Pure Storage et qui correspond à de la mémoire NAND, montée sur une carte à enficher dans un slot PCIe en fond de panier.

Jusqu’alors les DirectFlash n’étaient disponibles que sur les modèles de FlashArray//X les plus capacitifs, les X70 et X90. Afin de pouvoir en équiper aussi la petite FlashArray//X10, Pure Storage a ajouté aux DirectFlash de 18 To, 9 To et 4,5 To existants un nouveau modèle de seulement 1 To. 

« Les entreprises pourront encore acheter des modèles précédents, avec des SSD en SAS ou SATA. Mais, honnêtement, notre stratégie est de généraliser les SSD NVMe à tout notre catalogue, y compris dans nos autres gammes de baies SAN », indique, au micro de nos confrères de TechTarget USA, Matt Kixmoeller, le patron de la stratégie chez Pure Storage.   

En l’occurrence, des modules DirectFlash sont déjà disponibles sur les baies FlashArray//C, moins chères, moins rapides et plus capacitives que les FlashArray//X. Il ne s’agit en revanche pas des mêmes modules NVMe : ceux de la gamme //X sont à base de NAND 3D TLC, tandis que ceux de la gamme //C repose sur de la NAND QLC, moins pérenne et un peu plus lente en écriture.  

« Pure Storage va chercher à jouer sur l’argument de la fiabilité. Techniquement, n’avoir plus que des disques NVMe dans une baie évite les aléas du bus SATA et, en pratique, la performance devient plus prédictible », commente Steve McDowell, également au micro de nos confrères de TechTargetUSA.

5 modèles, 100 microsecondes de latence et Purity 5.3

Dans les faits, il existe cinq modèles de baies FlashArray//XR3, toutes au format 3U et identifiables aux types de DirectFlash qu’elles utilisent. La X10 peut grimper jusqu’à 19,2 To de capacité brute, la X20 jusqu’à 88 To, la X50 jusqu’à 171 To, la X70 jusqu’à 544,2 To et la X90 jusqu’à 768 To. Les baies compressant et dédupliquant les données au fur et à mesure des écritures, elles sont vendues pour des capacités utiles en général 3 à 4 fois plus importantes. Une X10 avec tous ses SSD offre en théorie un maximum de 66,2 To de capacité utile et une X90 jusqu’à 3 Po.

Pure Storage propose en option de remplacer ces DirectFlash par des DirectMemory, lesquels correspondent à des SSD Optane d’Intel, à base de composants 3D XPoint. Les DirectMemory supportent un plus grand nombre d’accès par seconde. Ils permettaient de réduire à 150 microsecondes la latence des FlashArray//XR2 et, sur les //XR3 pourvues de Xeon de dernière génération, ils la feraient tomber à seulement 100 microsecondes.

Ces nouvelles machines s’accompagnent d’une nouvelle version 5.3 de leur OS, Purity FA. Celui-ci apporte le support du protocole NVMe-over-RoCE à toutes les gammes, ainsi que, dans le pilote qui l’accompagne, le chiffrement et la déduplication des données au niveau du serveur. Selon nos informations, il faudra attendre la prochaine version 6 pour voir, intégrées à Purity, les fonctions de stockage objet issues du rachat de Compuverde, il y a un an. Purity 6 est attendu pour le courant de cette année. Il devrait aussi apporter des modules de contrôle des performances qui reposeront sur les SSD NVMe.

L’annonce de la nouvelle gamme FlashArray//XR3 succède à celle, il y a quelques jours, des derniers résultats de Pure Storage. Selon ceux-ci, le constructeur vient de réaliser un CA trimestriel de 428,4 millions de dollars, dont 323 M$ sont dus à la vente de souscriptions de services. Outre les logiciels qui permettent de gérer les matériels de Pure en cloud hybride, les services comprennent surtout un modèle de facturation à l’usage, Pure Storage as a Service, dans lequel les entreprises n’achètent plus leurs baies de disques, mais les louent mois après mois. Un modèle également proposé par Dell EMC et HPE.

Pour approfondir sur SAN et NAS

Close