Pure Storage rachète Portworx pour étendre son stockage au cloud

Pure Storage disposait déjà d’un pilote pour, en amont, connecter ses baies Flash à Kubernetes. Portworx lui apporte tout l’outillage pour les gérer en aval.

Le fabricant des baies de stockage Pure Storage rachète pour 370 millions de dollars la startup Portworx, éditrice d’un système de stockage pour Kubernetes. Selon Charles Giancarlo, le PDG de Pure Storage, cette acquisition doit permettre à sa compagnie de mieux accompagner les projets de cloud hybride qui reposent sur des applications packagées sous la forme de containers.

Suite de l'article ci-dessous

La mise en œuvre de technologies liées à Kubernetes devient une constante parmi les fournisseurs d’infrastructures qui ne veulent pas rater le train du cloud hybride. Cette acquisition s’inscrit ainsi dans la même lignée que les annonces récentes de Nutanix et VMware.

« L’avantage de ce rachat est que les technologies de Portworx et Pure Storage sont si complémentaires que les entreprises n’auront aucun effort à fournir pour les intégrer ensemble. »
Steve McDowellAnalyste, Moor Insights & Strategy

Fait notable, ce rachat est plutôt accueilli de manière enthousiaste par le marché. « C’est une acquisition qui a du sens pour les deux fournisseurs. Elle prolonge la volonté de Pure Storage de s’étendre aux projets du cloud et apporte à Portworx la puissance commerciale que son statut de startup ne lui permettait pas encore d’avoir. De plus, ce sont deux compagnies qui ont une culture similaire, celle de bousculer l’existant. », commente Steve McDowell, analyste chez Moor Insights & Strategy, au micro de nos confrères de TechTarget USA.

« Mais, en pratique, l’avantage de ce rachat est que les technologies de Portworx et Pure Storage sont si complémentaires que les entreprises n’auront aucun effort à fournir pour les intégrer ensemble », ajoute-t-il.

Portworx, pour administrer le stockage des containers jusque dans le cloud

Portworx développe quantité de modules qui apportent aux clusters Kubernetes les mêmes fonctions de stockage que celles disponibles pour les machines virtuelles. De base, les containers orchestrés par Kubernetes sont volatiles, car ils sont conçus pour mettre en route des services webs à la demande, c’est-à-dire juste des interfaces et des modules fonctionnels qui répondent aux requêtes des internautes. En clair, des applications écrites pour fonctionner en cloud.

Mais les containers ayant désormais vocation à exécuter en cloud des applications aussi complètes que celles des machines virtuelles, il était devenu essentiel qu’ils puissent enregistrer leurs données sur des disques virtuels afin de pouvoir les récupérer entre deux sessions.

À cette fin, Portworx propose un système de base, PX Enterprise, qui monte les volumes d’un stockage physique – serveur ou baie de disques – sous la forme de volumes SAN ou NAS virtuels dans les containers et qui s’appuie sur l’orchestration de Kubernetes pour les allouer ou les démonter automatiquement.

Ce système de base s’accompagne d’extensions : citons PX-DR qui sert à répliquer les containers et leurs données vers un autre cluster Kubernetes, PX-Secure qui chiffre les données à la volée, PX-Autopilot qui assure une administration automatisée des volumes de stockage, ou encore PX-Backup. Ce dernier revient à un outil de sauvegarde capable de protéger soit des containers, soit des applications à cheval entre plusieurs containers, soit des clusters Kubernetes entiers.  

Deux offres qui s’emboîtent parfaitement

« Tous ces modules ont permis à Portworx de se distinguer des autres startups qui proposent des solutions de stockage persistant pour les clusters Kubernetes. Au point que Portworx peut aujourd’hui se targuer de motoriser le stockage de containers sur une grande variété d’environnements – pour des applications SaaS exécutées en cloud, ainsi que des applications exécutées dans le datacenter – et même à cheval entre ses environnements », estime Matt Kixmoeller, en charge de la stratégie chez Pure Storage.

De son côté, Pure Storage offrait déjà à Kubernetes un moyen d’utiliser ses baies de stockage, au travers du pilote PSO (Pure Storage Orchestrator). Mais toutes les fonctions d’administration devaient venir de Kubernetes, en l’occurrence d’une extension de Kubernetes comme PX Enterprise. En somme, les offres de Pure Storage et de Portworx se complètent parfaitement.

Portworx est la troisième acquisition de Pure Storage. Les précédentes étaient la solution de déduplication en cloud StorReduce, en 2018, et le système de fichiers NAS Compuverde, en 2019.

Pour approfondir sur Virtualisation du stockage

Close