Suite bureautique : OnlyOffice débarque sur OVH pour sa première version vraiment souveraine

La suite open source OnlyOffice vient d’intégrer la marketplace d’applications SaaS d’OVH, lancée cet été. En s’appuyant sur l’infrastructure du Français, l’éditeur letton propose sa première offre cloud « souveraine », 100 % européenne, concurrente de Microsoft Office et de G Suite.

Ascencio System. Ce nom ne vous dira peut-être pas grand-chose. Sa solution, en revanche, évoquera certainement quelques projets.

Ascencio System est l’éditeur letton derrière la suite bureautique open source OnlyOffice, disponible sur desktops, sur mobiles et dans le cloud. Lancée initialement sous le nom de « Teamlab Office », en 2009 à Riga, la suite est rebaptisée ONLYOFFICE en 2014. Dans la foulée, son code est publié sur Sourceforge et GitHub sous licence AGPL v.3. Elle « devient la première suite bureautique open source en ligne », revendiquait alors Ascencio System.

Suite de l'article ci-dessous

De fait, en une décennie, la suite s’est imposée comme une référence au côté de LibreOffice – voire au-dessus si l’on regarde le cloud, où LibreOffice Server n’est (volontairement) pas disponible en version SaaS clef en main.

OnlyOffice fournit aussi souvent la brique bureautique d’offres UCaaS « bout en bout » d’autres éditeurs qui souhaitent entrer en compétition directe avec les grands acteurs « hégémoniques » – comme les qualifient le CIGREF : G Suite et Office 365.

Jamespot par exemple, propose une offre modulaire avec cette brique bureautique (ou au choix LibreOffice Server). L’acteur allemand Nextcloud (plus axé sur la messagerie et le stockage de document, et plus récemment sur la visioconférence) s’appuie lui aussi sur OnlyOffice dans son offre concurrente open source à Office 365 (Nextcloud 18). Ascencio System propose d’autres connecteurs pour Alfresco, ownCloud, Nuxeo, Confluence… et même SharePoint.

L’atout cloud

Ironie de l’histoire, pour une suite qui met en avant la protection des données afin de se différencier de Microsoft et de Google dans un contexte européen, OnlyOffice en mode SaaS s’appuie sur une infrastructure américaine (AWS). Il existe désormais une alternative.

Depuis une semaine, OnlyOffice est disponible en version pleinement « souveraine ». Dans un billet de blog, l’éditeur vient en effet d’annoncer qu’il intégrait la marketplace d’OVH lancée cet été – une place de marché d’applications SaaS souveraines qui s’appuient sur son infrastructure.

« Dès le lancement d’OVHcloud Marketplace, nous n’avons pas pu résister à cette opportunité de proposer nos outils, hébergés par le plus grand opérateur cloud européen », explique Ascencio System, qui a donc soumis un dossier à OVH. Qui l’a rapidement accepté.

Pour l’occasion, OnlyOffice Enterprise Edition est rebaptisé « OnlyOffice Workspace ».

« Cette solution particulièrement complète inclut des outils d’édition, hautement compatibles avec les formats Microsoft Office, couplés à des fonctionnalités collaboratives, et un panneau de configuration intuitif » vante l’éditeur. « [Il est possible] de déployer un espace de travail complet sur sa propre instance dédiée, hébergée et sauvegardée en France ».

Garder le contrôle total et la confidentialité sur leurs données et échanges

Sur OVH Marketplace, OnlyOffice est disponible en quatre « plans » (25, 50, 100, 200 utilisateurs). Les tarifs vont d’environ 1 000 € HT par an (25 utilisateurs avec engagement de 3 ans), à 9 900 € HT (200 utilisateurs, engagement d’un an).

« Cette solution entièrement made in Europe permet à nos utilisateurs français de garder le contrôle total et la confidentialité sur leurs données et leurs échanges », vante au MagIT Galina Goduhina, Directrice Commerciale d’OnlyOffice/Ascencio System.

« Pour assurer la protection de données sur tous les fronts, OnlyOffice fournit aussi des mesures de sécurité avancées : code source ouvert, authentification unique, authentification à deux facteurs, gestion des droits d’accès, suivi des actions effectuées par les utilisateurs, sauvegardes automatiques des données, chiffrement au repos pour protéger les données stockées et salles privées pour protéger la collaboration », liste-t-elle.

Les PME, en attendant les ETI ?

Jusqu’ici, OnlyOffice avait surtout gagné ses galons dans le secteur public ou assimilé (Ministère de l’Intérieur, UNESCO, Parti Social-Démocrate (SPD), La Sorbonne, CNRS, etc.), même s’il est déployé aussi chez quelques grands groupes dont Oracle, Deloitte ou Suzuki.

« Si l’on voit une demande pour des offres avec un plus grand nombre d’utilisateurs, alors nous irons plus loin et nous passerons au segment des ETI. »
Galina GoduhinaOnlyOffice

L’accord avec OVH lui permet aujourd’hui de « de proposer OnlyOffice Workspace à une cible plus large du marché (TPE, PME, écoles, collectivités, etc.) », nous confirme Galina Goduhina.

« Avec nos offres pour 25, 50, 100 et 200 utilisateurs, nous ciblons avant tout les petites et moyennes entreprises qui ne possèdent pas leur propre infrastructure informatique. En même temps, nous pouvons toujours augmenter le nombre d’utilisateurs selon la demande du client ».

OnlyOffice/Ascencio System pourrait-il viser plus haut et commencer à véritablement se frotter à G Suite et Office 365 ? « Notre équipe est réactive : si l’on constate que la demande croît pour des offres avec un plus grand nombre d’utilisateurs, alors, absolument ! Nous irons plus loin et nous passerons au segment des ETI ».

Pour approfondir sur Bureautique

Close