Power Fx : Microsoft libère un langage de programmation low-code

Microsoft a étendu sa stratégie de développement d’applications low-code avec un « nouveau » langage de programmation connu sous le nom de Power Fx qui sera uniforme sur toute la Power Platform.

On peut toujours savoir quand Microsoft est convaincu d’une tendance, car il crée un nouveau langage de programmation pour la soutenir.

C’est exactement ce que le géant du logiciel a fait en se concentrant sur le développement d’applications low-code. Microsoft a introduit Power Fx, un langage de programmation cohérent pour les applications Power Platform et celles présentes sur le cloud Azure.

Suite de l'article ci-dessous

Ce langage low-code, qui sera disponible librement sur GitHub, repose sur des expressions déclaratives pour qu’il soit plus facilement lisible et manipulable par les usagers, juge Charles Lamanna, vice-président corporate, Low Code Application Platform chez Microsoft lors d’une interview. Basé sur les expressions employées dans Excel, Power Fx doit s’appuyer des concepts familiers de « millions d’utilisateurs ».

« Nous avons remarqué qu’il n’y avait pas vraiment de noms pour les langages expérimentaux basés sur des expressions comme ceux employés dans le low-code et le no-code. »
Charles LamannaVice president corporate Low Code Application Platform, Microsoft

« Les langages de programmation sont dans notre ADN » vante Charles Lamanna, ajoutant que Microsoft a fourni au moins quatre langages qui ont été largement adoptés, notamment Visual Basic, C#, F# et TypeScript.

« Nous avons remarqué qu’il n’y avait pas vraiment de noms pour les langages expérimentaux basés sur des expressions comme ceux employés dans le low-code et le no-code », déclare-t-il. « Et il n’y avait pas de communauté ou de projet open source autour de ces langages de programmation spécifiques ».

Le géant du cloud ne crée pas là un « nouveau langage », il renomme le modèle d’expression des applications canevas de Power Apps et le « libère ». Ce langage de formule dérivé d’Excel n’avait pas véritablement d’appellation. Microsoft encourage d’autres éditeurs de logiciels et des entreprises à l’adopter partout où ils veulent exposer un modèle d’interaction low-code/no-code – qu’il s’agisse d’une barre de formule, ou de manipulation de code ou de données.

« C’est un cri de ralliement pour aller commencer à créer un écosystème et explorer les environnements où il [Power Fx] peut être utilisé », assure Charles Lamanna.

Plutôt qu’un « standard », qui implique une gestion par un comité de direction d’experts, Charles Lamanna espère que Power Fx deviendra un concept commun, comme JavaScript, ou TypeScript, ou C#, où l’on apprend et se familiarise avec le langage et où l’on peut le faire évoluer d’un job à un autre ou d’un outil à un autre.

« Nous pensons que ces nouveaux langages ont été historiquement mal desservis », déclare-t-il. « Ils n’ont pas reçu le même niveau de traitement et d’attention que les langages de programmation adressés aux développeurs professionnels ».

Pour autant, Microsoft entend garder la main sur Power Fx. La firme de Redmond a choisi une licence MIT, mais applique un CLA (Contribution Licence Agreement) demandant aux contributeurs de lui céder les droits d’exploitation et de distribution de leur propriété intellectuelle. En clair, le groupe se garde la possibilité de changer la licence de son projet en cours de route.

Les limites de Power Fx

Surtout, un développeur ne construira pas une application entière avec le langage. Dans le contexte d’un environnement de développement ponctuel, il pourrait être employé pour faire des choses comme la recherche et de la manipulation de données. Par exemple, si un autre grand fournisseur de cloud computing détient une offre low-code et qu’il désire proposer un moyen d’écrire des formules dans celle-ci, il pourrait utiliser Power Fx.

C’est bien ce que Microsoft souhaite voir : l’intégration de la barre de formule dans différentes applications. Power Fx serait la clé pour atteindre cet objectif.

« Microsoft peut absolument accélérer le développement low-code », déclare Arnal Dayaratna, directeur de recherche chez IDC pour le développement de logiciels. « Ils l’ont déjà avec leur plateforme Power Apps. Mais ils peuvent faire bouger le marché de manière significative en continuant à démocratiser l’accès aux outils de développement, et ils sont dans une position unique pour le faire, grâce à leurs atouts à la fois dans les applications d’entreprise telles que la suite Microsoft Office, ainsi que dans les outils de développement professionnels situés dans Azure et dans le portefeuille plus large en matière de cloud computing ».

La généralisation du low-code en tête

La sensibilisation au développement low-code est maintenant courante, mais l’adoption n’a pas encore atteint son pic, affirme Charles Lamanna. Gartner prévoit que le marché des outils low-code va croître de 23 %, pour atteindre 13,8 milliards de dollars cette année.

« L’approche low-code est certainement très répandue, car presque toutes les entreprises disposent d’un outil pour la soutenir, y compris les hyperscalers, les éditeurs de bases de données et d’autres », assure Jason Wong, analyste chez Gartner.

En effet, Microsoft doit faire face à la concurrence de Google et AWS avec leurs produits AppSheet et Honeycode. Tous deux utilisent une analogie de tableur comme Power Fx, mais aucun d’eux n’a « la valeur intrinsèque d’Excel ».

En réalité, ces outils comme AppSheet, HoneyCode ou même monday.com sont davantage considérés comme des outils no-code. Leurs utilisateurs exploitent moins les formules typiquement utilisées dans Excel, que la structure – les lignes et les colonnes – des tableurs pour combiner, formater des données chiffrées et textuelles en les manipulant simplement via des capacités de glisser-déposer et des fonctionnalités accessibles en quelques clics. En clair, un langage de type Power Fx pourrait animer ou compléter un outil no-code.

« Le développement low-code est déjà courant, mais je pense que Microsoft est dans une position unique pour le rendre omniprésent. »
John BratincevicAnalyste senior, Forrester

« Je dirais que pour un certain nombre de personnes, le meilleur environnement de programmation au monde est la barre de formule Excel », insiste Charles Lamanna. « Vous n’avez pas toujours besoin de cela ; vous pouvez faire un tas de choses visuellement dans Excel. Mais très souvent, il est juste plus facile d’écrire une formule, surtout pour les experts du système ».

Ainsi, Power Fx s’adresserait de prime abord aux business analysts et à certains métiers de la finance spécialiste du tableur, non pas directement aux néophytes.

Les programmeurs professionnels, eux, pourraient accélérer le développement de leurs applications grâce à la simplicité des formules et du code en utilisant leurs IDE préférés. Microsoft l’a bien évidemment testé dans Visual Studio.

« Le développement low-code est déjà courant, mais je pense que Microsoft est dans une position unique pour le rendre omniprésent », affirme John Bratincevic, analyste senior chez Forrester.

Power Automate Desktop

Toujours dans le but de démocratiser le développement LCNC, Microsoft a annoncé qu’il rendrait son outil d’automatisation robotisée des processus, Power Automate Desktop, disponible sous Windows.

Power Automate Desktop sera accessible aux utilisateurs de l’OS sous licence, sans frais supplémentaires. Dans quelques semaines, il commencera à apparaître dans les builds de Windows Insider pour Windows 10.

Pour rappel, Microsoft a acquis Softomotive l’année dernière pour sa technologie RPA et l’a intégrée dans la Power Platform.

Pour approfondir sur Langages

Close