Cet article fait partie de notre guide: L’offre des baies de stockage SAN/NAS en 2021

Stockage : Dell EMC met à jour ses PowerStore

Une nouvelle machine d’entrée de gamme à 28 000 $ vient compléter cette famille de baies SAN/NAS entièrement NVMe. La dernière version du système augmente les performances de 25 %.

Les baies de stockage SAN/NAS PowerStore que Dell EMC a lancées l’année dernière connaissent leur première évolution. La famille se complète d’un modèle d’entrée de gamme PowerStore 500 de seulement 2U à environ 28 000 $, tandis que le système évolue dans une version PowerStore OS 2.0 qui apporte, entre autres, le support de la connectique NVMe-over-Fiber-Channel (alias NVMe-FC) et un meilleur taux de déduplication. Cet OS est directement installable sur les machines lancées l’année dernière, car aucune de ses améliorations ne nécessite de nouvelles caractéristiques matérielles.

« Nous sommes très satisfaits du démarrage commercial de la gamme PowerStore. Le fait que ces machines supportent toutes les applications – en blocs, en fichiers, sur SSD NVMe, voire sur des modules Optane – et qu’elles aient même la faculté d’embarquer une application métier pour traiter directement les données sur les sites de production, nous a ouvert, en France, la porte d’entreprises dans tous les secteurs, y compris industriels », argumente Daniel Watelet, ingénieur avant-vente chez Dell EMC.

Succédant à la gamme de baies SAN/NAS Unity, les PowerStore sont des produits de milieu de gamme, dotés d’un double contrôleur, qui peuvent être mis en cluster à concurrence de quatre machines reliées entre elles. Outre le fait d’être équipés en SSD NVMe très rapides, les PowerStore présentent l’intérêt d’être plus faciles à administrer que leurs prédécesseurs chez Dell EMC. En l’occurrence, chaque fonction de leur système (la réplication, le partage de fichiers, etc.) est exécutée depuis un container autonome qui peut être mis individuellement à jour.

Les versions qui permettent d’exécuter une application métier sont les PowerStore X. Ces modèles-là ont une fonction en plus, appelée AppsON, qui embarque n’importe quel exécutable dans une machine virtuelle ; les PowerStore X sont en l’occurrence livrés avec un hyperviseur ESXi de VMware. Pour autant, Dell EMC prévient : les PowerStore X ne sont pas des infrastructures hyperconvergées. Ils ne sont pas conçus pour exécuter plusieurs applications, car leur quantité de RAM et leurs capacités de calcul ont été calibrées pour répondre aux besoins du stockage.

Une capacité brute de 384 To, mais 1,2 Po utiles garantis

Le PowerStore 500 revient en fait à l’unité de contrôle seule, avec son tiroir de 24 disques extractibles en façade avant, mais sans les – un à trois – tiroirs 2U supplémentaires qui comprennent également 24 emplacements chacun (soit un total de 96 disques maximum). Il n’est pas possible d’ajouter ces tiroirs au PowerStore 500, car il est le seul de cette famille de baies à ne disposer que d’un seul contrôleur. Celui-ci est équipé de deux processeurs Xeon, totalisant 24 cœurs (2 x 12 cœurs) et fonctionnant à 2,2 GHz, ainsi que de 192 Go de RAM, principalement utilisés pour mettre en cache les informations. Ce contrôleur, contrairement aux autres PowerStore, n’a pas de ports SAS 12 Gbit/s pour brancher un tiroir externe.

Comparativement, le PowerStore 1000 totalise 32 cœurs à 1,8 GHz (deux contrôleurs avec deux processeurs de huit cœurs chacun) et 384 Go de RAM. Les modèles 3000, 5000, 7000 et 9000 ont respectivement 48 cœurs (2,1 GHz) et 768 Go de RAM, 64 cœurs (2,1 GHz) et 1,15 To de RAM, 80 cœurs (2,4 GHz) et 1,54 To de RAM, 112 cœurs (2,1 GHz) et 2,56 To de RAM.

On notera que tous les PowerStore fonctionnent encore avec des Xeon de génération précédente. Chez Dell, seuls les nouveaux serveurs disposent de Xeon Ice Lake.

Chaque banc de 24 SSD NVMe offre 384 To de capacité brute, mais Dell EMC préfère commercialiser ses machines avec une capacité utile quatre fois plus importante. Le constructeur garantit en effet que son système PowerStore OS 2.0 parvient dans tous les cas à suffisamment compresser et dédupliquer les données pour donner l’impression que 24 SSD équivalent à 1,2 Po. Soit 4,8 Po avec un maximum de quatre PowerStore 500 dans un cluster.

« Nous pensons même atteindre plus ! Chez Orange, qui est client PowerStore depuis l’année dernière, la version précédente du système permettait déjà d’atteindre cinq fois la capacité brute. En tout état de cause, si un client est en dessous d’une capacité disponible quatre fois supérieure à la capacité brute restante, nous nous engageons à lui fournir gratuitement des SSD supplémentaires », assure Daniel Watelet.

25 % de performances en plus, du NVMe-FC, du RAID double parité

Concernant PowerStore OS, Dell EMC assure avoir apporté de profondes optimisations dans la version 2.0. Les performances seraient en moyenne 25 % meilleures que précédemment, voire 60 % meilleures sur certaines écritures. Une meilleure utilisation du cache conjuguée à une meilleure déduplication des contenus en seraient la raison. « Précédemment, nous stockions les empreintes des données enregistrées et nous les comparions aux nouvelles écritures pour dédupliquer les contenus au fil de l’eau. Désormais, nous avons un système plus intelligent, à base de métadonnées », explique le responsable de Dell EMC.

Dans le même registre, PowerStore OS 2,0 supporte désormais de cantonner les métadonnées aux unités Optane, de sorte, justement, à accélérer jusqu’à 15 % les performances de la déduplication et du cache avec seulement une unité Optane dans la baie.

L’autre avancée majeure est la reconnaissance du NVMe-FC qui, en substance, doit permettre d’accélérer les accès au stockage du côté des serveurs puisqu’ils n’ont plus à empaqueter leurs données dans des commandes SCSI. Dell EMC recommande de n’utiliser cette fonction qu’avec des liens Fiber Channel d’au moins 32 Gbit/s de débit. En dessous, les serveurs ne tireraient pas profit de l’accélération NVMe et gagneraient à communiquer en Fiber Channel tout court. Pour autant, Dell EMC assure que ses baies PowerStore peuvent fonctionner en même temps en NVMe-FC avec les serveurs compatibles et en FC avec ceux qui ne le sont pas.

Parmi les autres évolutions de PowerStore OS 2.0, citons la prise en compte du cluster de quatre nœuds au niveau de VMware. Cela signifie d’une part que les versions PowerStore X pourront distribuer leur application métier sur chaque nœud. D’autre part, le cluster pourra présenter à des serveurs VMware un volume vVol physiquement à cheval sur plusieurs nœuds.   

Plus anecdotique, PowerStore OS 2,0 supporte à présent le mode Dynamic Resiliency Engine (DRE) à double parité. Il s’agit en l’occurrence d’une forme de RAID conçue expressément pour les unités NVMe et qui permet de perdre deux SSD sans perdre une seule donnée. Précédemment, PowerStore OS supportait de perdre un SSD tous les cinq ou neuf SSD (la capacité respectivement offerte équivalente à celle de quatre ou huit SSD). Désormais, il supporte de perdre deux SSD sur huit, pour une capacité de six SSD.

Pour approfondir sur Flash

Close