Stockage : les baies Exos Corvault de Seagate s’auto-réparent

Le fabricant persiste dans les solutions à disques durs, bien moins chères que les SSD. Les nouveaux modèles Exos Corvault disposent d’une fonction ADR qui contourne les pannes des têtes de lecture/écriture.

Alors que les SSD sont devenus la locomotive technologique des baies de stockage, Seagate Technology persiste à innover dans le domaine des baies à disques durs traditionnels. Cet été, le constructeur proposera une nouvelle gamme, l’Exos Corvault, dont la livraison est prévue en juillet, qui intègre une technologie dite de régénération autonome des disques (ADR, pour Autonomous Drive Regeneration). Selon Seagate, l’ADR permet de remettre en service la plupart des disques durs défaillants, sans avoir à les remplacer manuellement. Il reconfigure le disque dur pour contourner ses défaillances.

Suite de l'article ci-dessous

Certes, l’ADR ne permet pas de résoudre tous les types de problèmes : les incidents sur la carte électronique d’un disque dur sont ignorés. En revanche, l’ADR permet bel et bien de remédier aux dysfonctionnements des têtes de lecture/écriture, l’une des principales causes de panne sur les disques durs, selon Ted Oade, le directeur produit de Seagate. « Si une tête est défectueuse dans une baie RAID classique, le disque doit être remplacé. C’est donc ce que nous évitons », dit-il.

Lorsqu’un disque dur Seagate Exos X18 (18 To) compatible ADR affiche une erreur, le contrôleur de stockage reçoit une alerte, décharge les données sur d’autres disques et supprime le disque problématique du volume logique. Le disque dur et le contrôleur travaillent ensemble pour diagnostiquer le problème, contourner le composant défaillant, et régénérer les plateaux qui restent utilisables dans le disque dur. Le système rééquilibre ensuite le volume et rétablit la fonctionnalité complète de la baie de stockage.

Réduction de la maintenance et des déchets électroniques

Selon Ted Oade, les études de Seagate montrent que le disque régénéré a une durée de vie aussi longue que celle des autres disques durs Exos X18 de la baie. Ainsi, à long terme, la technologie ADR pourrait aider les utilisateurs d’Exos Corvault à économiser sur les coûts de maintenance et à réduire leurs déchets électroniques, puisqu’ils n’auront pas à jeter les disques défectueux.

La baie Exos Corvault est le premier produit Seagate à intégrer la technologie ADR. Ted Oade précise toutefois que la technologie d’autoréparation n’était pas nouvelle. Selon lui, la division Seagate Advanced Technology Group était la pionnière de la technologie ADR et en avait précédemment accordé une licence, pour une implémentation différente et précoce, au fabricant Xiotech – devenu X-IO Technologies en 2011 puis racheté par Violin Systems en 2018. Seagate a la volonté de faire d’ADR une norme et a entrepris une démarche administrative en ce sens.

ADR fonctionne en tandem avec une technologie d’Erasure Coding spéciale, l’ADAPT (Advanced Distributed Autonomic Protection Technology), que Seagate a parallèlement mise au point pour reproduire un équivalent du RAID à l’échelle d’un cluster de stockage. Selon Seagate, l’algorithme ADAPT répartit les données sur chaque disque d’un cluster d’Exos Corvault et accélère les reconstructions sans impact significatif sur les performances.

Un autre nouveau composant de l’Exos Corvault est la puce VelosCT, également mise au point par Seagate. Désormais à la sixième génération, cette puce équipe les deux contrôleurs de la baie pour paralléliser les accès. Une baie Exos Corvault offrirait ainsi un débit de 14 Go/s en lecture, 12 Go/s en écriture et 17 680 IOPS en termes d’intensité des accès.

Pour les besoins en haute capacité

Certes, ces chiffres font toujours pâle figure face aux à ceux des SSD. Enrico Signoretti, analyste au bureau GigaOm, rappelle qu’un seul SSD peut fournir à lui seul plus de 17 000 IOPS. Selon lui, le Seagate Exos Corvault est conçu strictement pour les entreprises qui ont d’énormes besoins en termes de capacité et qui veulent un bon prix par Go. « Il ne s’agit pas d’un produit conçu pour le marché des baies de stockage primaire », lance-t-il.

Il estime que les entreprises doivent voir dans la baie Seagate Exos Corvault, un produit qui nécessite peu de maintenance pour les données stockées sur le long terme. Les cas d’usage comprennent les sauvegardes, les archives, le stockage par système SDS multitiers, le mode objet, l’analyse des données volumineuses.

Seagate a cité d’autres utilisations possibles, comme des blocs de stockage dans des environnements de cloud privé, voire de cloud public, pour des infrastructures virtuelles, pour des contenus numériques dans l’industrie des médias, pour la vidéosurveillance ou encore pour entreposer les résultats dans les supercalculateurs.

« Si vous regardez l’ensemble des fournisseurs de services en cloud, en moyenne, 92 à 93 % de leur capacité est sur des disques durs. »
Ted OadeDirecteur produit, Seagate

« Si vous regardez l’ensemble des fournisseurs de services en cloud, en moyenne, 92 à 93 % de leur capacité est sur des disques durs. Il y a donc encore une énorme quantité de disques durs sur le marché, et il en sera ainsi pendant un certain temps encore », assure Ted Oade.

Chaque châssis 4 U Exos Corvault peut contenir jusqu’à 106 disques durs SAS Exos X18 à chiffrement automatique, soit une capacité brute de 1,9 Po. La baie assure une disponibilité à 99,999 % et des mises à niveau sans interruption. Elle offrira une « configuration à un bouton » et des diagnostics intégrés, selon Seagate.

Seagate ne propose pas actuellement la nouvelle fonction ADR sur d’autres disques que les disques Exos de 18 To. Mais Ted Oade promet qu’elle sera bientôt disponible sur d’autres modèles, dont les très capacitifs disques HAMR que Seagate annonce depuis de longs mois.

Pour approfondir sur SAN et NAS

Close