Supply chain : Renault teste le jumeau numérique de Google

Le 14 septembre, Google Cloud a présenté en préversion deux offres : Supply Chain Digital Twin et Supply Chain Pulse. Déjà client du fournisseur cloud, le groupe Renault est l’un des premiers à tester ces solutions.

Le constructeur automobile Renault est l’un des premiers à adopter la technologie dédiée à la chaîne d’approvisionnement basée sur le cloud de Google. La solution Supply Chain Twin de Google Cloud vise à fournir aux entreprises un moyen de développer des jumeaux numériques capables de simuler un approvisionnement physique. Selon Google, en orchestrant des données provenant de sources disparates, les fabricants sont en mesure d’obtenir une vue plus complète des fournisseurs, des stocks et d’autres informations.

« Chez Renault, nous devons gérer un vaste réseau de plus de 6 000 fournisseurs de pièces de tiers 1 à N, répartir ces composants dans nos 40 usines, produire les véhicules, puis les livrer dans nos 5 000 centres de distribution à travers le monde », déclare Jean-François Salles, vice-président mondial de la supply chain du groupe Renault. « C’est une chaîne d’approvisionnement et une logistique complexes. De plus, l’offre proposée à nos clients est particulièrement diversifiée, ce qui amplifie ce phénomène ».

Les défis de la supply chain pour Renault et les industriels

Aujourd’hui, cette chaîne dépend de processus « bien administrés individuellement », mais Renault souhaiterait davantage de transversalité, de partage et de visibilité des données de bout en bout.

« Nous souhaitons travailler avec les outils de Google pour gérer à la fois les stocks, améliorer les prévisions et, à terme, optimiser notre exécution. »
Jean-François SallesVP mondial supply chain, Groupe Renault

« En agrégeant les données d’inventaire de nos fournisseurs et en tirant parti de la force de Google Cloud en matière d’organisation et d’orchestration des données, avec des solutions telles que Supply Chain Twin, nous espérons obtenir une vue d’ensemble. Nous souhaitons travailler avec les outils de Google pour gérer à la fois les stocks, améliorer les prévisions et, à terme, optimiser notre exécution », ajoute Jean-François Salles.

Selon Google, la majorité des entreprises n’ont pas une visibilité complète de leur chaîne d’approvisionnement, ce qui entraîne des ruptures de stock dans la grande distribution, des problèmes de gestion des stocks ou des perturbations liées à la météo. En 2020, les responsables du géant du cloud ont souligné que les ruptures de stock coûtent environ 1,14 milliard de dollars au secteur de la grande distribution. Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement liées à la Covid-19, survenues au cours de l’année et demie écoulée, n’ont fait que confirmer la nécessité de disposer d’informations plus récentes sur les opérations, les niveaux de stocks, etc.

Simon Ellis, vice-président du programme chez IDC, confirme que la visibilité de bout en bout sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement est une priorité absolue pour les professionnels afin d’optimiser la planification, la prise de décision en temps réel et le suivi. « L’approche de Google Cloud en matière de jumeau numérique de la supply chain englobe les réseaux de données internes, externes et partenaires sans intégration complexe », déclare-t-il. « Cette approche peut aider les organisations à mieux planifier, surveiller, collaborer et répondre à l’échelle. »

Supply Chain Twin : la colonne vertébrale d’un jumeau numérique

Google Cloud assure que Supply Chain Twin permet aux entreprises de rassembler des données provenant de sources multiples, et d’accélérer l’intégration par rapport à des bibliothèques d’API plus classiques. L’offre ne s’appuie pas sur des outils d’intégration EDI, API ou FTP, mais sur un « partage bidirectionnel des données directement depuis BigQuery ». En réalité, l’offre comprend le système de streaming Dataflow (dont le développement a donné naissance à Apache Beam), Google Pub/Sub et l’ETL Data Fusion.

« Le cœur de la solution Supply Chain Twin est Google BigQuery », déclare Ashwin Sridhar, responsable Industry Solutions, Supply Chain & Logistics chez Google Cloud. Le data warehouse cloud est associé à un modèle de données unifié composé des informations issues des segments privés (les systèmes de l’entreprise : ERP, WMS et machines connectées), communautaires (les données des partenaires et des fournisseurs d’une entreprise) et publics (toutes les données contextuelles : météo, cours du marché, saisonnalités, etc.). Ce modèle de données est conçu à partir de la couche sémantique de Looker.

Supply Chain Twin ne comprend pas la couche de machine learning pour effectuer des recommandations, mais le client peut aller chercher des modèles de machine learning préconçus, sur étagère, ou employer les outils de data science disponibles dans le catalogue AI Solutions.

Le groupe américain s’est associé à des intégrateurs systèmes, dont Accenture, Deloitte et TCS, à des spécialistes des données (Crux, Craft, Climate Engine) et à un certain nombre d’éditeurs de logiciels, dont SAP, Anaplan, Automation Anywhere, Manhattan Associates et project44.

« Les entreprises d’aujourd’hui sont confrontées à des défis croissants dans la gestion de leurs supply chains, en raison de la complexité accrue des systèmes existants et des nouvelles sources de perturbation. »
Mike MicucciDirecteur d'exploitation, automation Anywhere

Le directeur d’exploitation d’Automation Anywhere, Mike Micucci, affirme que les bots peuvent être utilisés pour accroître la visibilité des processus et connecter des systèmes disparates à travers la chaîne d’approvisionnement pour trouver des efficacités, améliorer le service client et atténuer les risques. « La vitesse et la flexibilité au niveau du cloud sont plus que jamais essentielles, car les entreprises d’aujourd’hui sont confrontées à des défis croissants dans la gestion de leurs supply chains en raison de la complexité accrue des systèmes existants et des nouvelles sources de perturbation, comme le changement climatique et les pandémies », indique-t-il.

Google a également annoncé Supply Chain Pulse, une solution placée par-dessus Supply Chain Twin qui fournit des tableaux de bord en temps réel sur les données de la chaîne d’approvisionnement, des analyses avancées, des alertes sur les problèmes critiques tels que les perturbations potentielles, et la collaboration dans Google Workspace. Dans son ensemble, le portfolio peut être perçu comme un jumeau numérique 1D ou 2D. Supply Chain Twin en lui-même n’est qu’un modèle de données avec l’architecture IaaS et PaaS pour le supporter.

« Les données cloisonnées et incomplètes limitent la visibilité dont disposent les entreprises sur leurs chaînes d’approvisionnement », affirme Hans Thalbauer, directeur général des solutions supply chain et de logistique chez Google Cloud. « Supply Chain Twin permet aux clients d’obtenir des informations plus approfondies sur leurs opérations, ce qui les aide à optimiser les fonctions de la supply chain, de l’approvisionnement et de la planification à la distribution et à la logistique. »

Ces deux solutions s’inscrivent dans l’initiative « Supply Chain Google Cloud Platform ». Précisons que Hans Thalbauer, le pilote de cette verticalisation de l’offre du fournisseur cloud est un ancien spécialiste des segments PLM, Industrie 4.0 et Supply Chain chez SAP.

Justement, reste à savoir comment Supply Chain Twin et Pulse peuvent compléter les services SAP. L’éditeur allemand a présenté son SAP Business Network et également mis en place un partenariat d’envergure avec le fournisseur cloud dans le cadre de son offre Rise with SAP.

Enfin demeurent les défis des jumeaux numériques appliqués à la supply chain. « Les jumeaux numériques dédiés à la supply chain n’en sont encore qu’au début du “Hype Cycle” évalué par Gartner, et il faudra plusieurs années avant qu’ils ne s’imposent pleinement », estimait Tim Payne, analyste chez Gartner en novembre 2020.

Pour approfondir sur Big Data et Analytique IoT

Close