Marché 2014 du Middleware : Salesforce, plus forte progression du secteur

Pour Gartner, PaaS et Open Source sont venus défier les cadres du Middleware en 2014 et commencent à rebattre les cartes du secteur. Si IBM reste n°1, Software AG recule et Salesforce.com bondit.

Dans un contexte propice à l’intégration multi-sources et multi-formats, où l’Open Source et le Cloud rebattent quelque peu les cartes, Salesforce.com s’est fortement distingué sur le segment de l’infrastructure logicielle et du middleware en 2014. C'est ce nous apprend le dernier rapport du cabinet d’étude Gartner.

Sur un marché en progression de 8,8% en un an, ce pure-player du Cloud, à l’origine du CRM SaaS pur, est parvenu à s’imposer un peu plus : en 2014, Salesforce.com (avec Salesforce1) a vu ses revenus croître dans ce secteur de plus de 55% (la plus forte hausse du middleware), à 740 millions de dollars.

Salesforce détient désormais 3,1% du marché, et  se place à la 4e du classement 2014 de Gartner… devant Software AG, acteur historique de l’infrastructure logicielle qui recule sur la période (-6,3%, 545 M$). Comme l’illustration d’un environnement qui évolue en profondeur.

« Les plus grands fournisseurs du secteur de l’AIM (Application Infrastructure and Middleware) sont de plus en plus concurrencés par des acteurs comme Salesforce et SAP. En même temps, et alors que la proposition de valeur du Cloud devient plus claire, de nombreux fournisseurs de PaaS, comme Google, Engine Yard, Informatica et Dell Boomi deviennent une menace pour les acteurs bien établis », commente Fabrizio Biscotti, directeur de recherche chez Gartner, cité dans un communiqué.

Paas et Open Source  bouleversent le marché

A cela s’ajoute des acteurs de niches spécifiques Open Source, comme MuleSoft ou Talend par exemple, qui eux aussi marquent de leur empreinte le marché, constate encore Gartner.

Pour le cabinet d'analyses, il faut y voir la volonté des entreprises d’augmenter ou d’enrichir leur environnement existant de capacités d’intégration (pour évoluer vers la mobilité par exemple), plus que celle de refondre complétement leur middleware. « Les fondations des systèmes middleware legacy seront remplacées selon le rythme normal, calé sur la fin de vie des socles », assure Gartner.

Logiquement, la transformation numérique des entreprises est un levier pour les investissements en middleware. Les entreprises « réalisent que leur infrastructures logicielles, conçues, dans certains cas, il y a 10 ans, ne peuvent plus supporter la demande en matière d’analyse de données en temps réel, de développements agiles, de flexibilité de déploiement et de reconfiguration accéléré des réseaux d’entreprises, nécessaires pour évoluer à l’ère du numérique », constate de son côté Massimo Pezzini, vice-président chez Gartner.

Dans ce contexte, et en dépit des pressions, IBM reste de loin le n°1 du secteur en 2014. Avec une progression de 6,1% l’année dernière, les revenus de Big Blue dans le middleware ont atteint  presque 7 milliards de dollars. Il occupe 29,1% du marché.

Derrière suivent Oracle (+1,5%, 3,3  Md$), Microsoft (+3,8%, 1,1 Md$), Salesforce (+55,2%, 740 M$), et donc Software AG (-6,3%, 545 M$).

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close