Vera veut protéger les fichiers où qu’ils soient

Alors que les brèches de sécurité sont de plus en plus médiatisées, les DSI cherchent des outils pour protéger les fichiers de leur entreprise où qu’ils se trouvent.

En matière de sécurité des terminaux mobiles, les DSI peuvent verrouiller les terminaux ou aller plus en profondeur pour chiffrer les fichiers individuellement et empêcher des données sensibles de tomber en de mauvaises mains.

Une start-up appelée Vera (anciennement VeraDocs) propose depuis peu un produit du même nom qui proposer justement de protéger les fichiers où qu’ils soient.

Vera offre ainsi aux DSI un contrôle renforcé sur les données de leur entreprise et s’intègre avec Google Drive, Box, Dropbox, mais également Office 365, Outlook et OneDrive. Des règles de prévention des fuites de données (DLP) sont intégrées au niveau du fichier et se déplacent avec les données. Les utilisateurs non autorisés peuvent demander un accès aux données, mais celui-ci ne peut être accordé que par l’administrateur du fichier – son propriétaire.

Vera ne stocke pas de données des entreprises, ni même de clés de chiffrement. Et cela même temporairement. Mais Vera va plus loin et vise aussi les données d’applications métiers SAP et Oracle, d’applications SAS, comme Salesforce et Workday, le courrier électronique. Mais Vera va jusqu’à supporter les dataroom virtuelles temporaires, très appréciées dans le cadre de négociations. Et c’est sans compter les capacités d’audit et de traçabilité.

Une concurrence croissante

Les co-fondateurs de Vera, son Pdg Ajay Arora et son directeur technique Prakash Linga, avaient précédemment fondé RAPsphere, spécialiste de la sécurité mobile, racheté par AppSense en 2012.

Et à l’heure de la mobilité et des grandes brèches de sécurité fortement médiatisées, les DSI doivent s’assurer que les données ne tombent pas entre de mauvaises mains. Là, pour Arora, une approche centrée sur le terminal mobile ne fonctionne pas aussi bien qu’une approche centrée sur les données.

Mais justement, l’essor de la mobilité et du stockage dans le Cloud conduit naturellement à l’émergence d’autres acteurs dans le domaine du chiffrement des données.

A certains égards, l’offre de Vera rappelle ainsi celle de CipherCloud. Mais on pense naturellement aussi à SearchYourCloud, sans compter les plateformes de gestion de la mobilité d’entreprise (EMM) comme Content Security Service de MobileIron.

Que dire également de SafeMonk, solution de SafeNet pour le chiffrement de données dans Dropbox, ou encore des plus récentes capacités de sécurité des offres entreprises de Dropbox et de Box ?

Alan Lepofsky, analyste et vice-président de Constellation Research, souligne de fait que « chaque fournisseur de service de partage de fichiers promeut ses propres couches de sécurité. Dans quelle mesure Vera complète-t-il ou concurrence-t-il ces fonctions ? Et combien les clients vont-ils payer pour cela ? »

Vera n’a pas encore déterminé sa tarification définitive. Mais Arora assure qu’il s’agira d’un modèle d’abonnement, par utilisateur et par mois, avec une offre d’essai gratuit.

Vera est proposé sous la forme d’une appliance virtuelle à exécuter sur un cloud public ou bien en interne, derrière le pare-feu de l’entreprise. Il supporte les postes de travail sous Windows 7/8 et OS X ainsi que les terminaux mobiles iOS, Android et Windows Phone 8.

Avec nos confrères de SearchConsumerization.com (groupe TechTarget)

Pour approfondir sur Stockage en Cloud

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close