Cet article fait partie de notre guide: SAP S/4HANA : guide pratique pour mieux migrer

S/4HANA : migrer ou ne pas migrer ?

SAP présente S/4HANA comme le successeur d’ECC. Mais de nombreux clients hésitent à suivre cette évolution qui ressemble à une rupture. Voici quelques-unes des raisons qui expliquent ces réticences.

De nombreux clients SAP hésitent à abandonner SAP ERP Central Component, alias ECC. Les raisons en sont multiples. Une des raisons réside dans la comparaison des fonctionnalités des deux ERP.

Suite de l'article ci-dessous

Depuis la sortie de S/4HANA en 2015, SAP a marketé son nouvel ERP comme étant le successeur naturel d’ECC. Mais deux changements majeurs ont accompagné ce lancement de S/4 : une transition vers une approche « cloud-first » et surtout la décision de limiter les clients à une seule base de données, SAP HANA.

Les deux cumulés ont conduit certains à plus considérer S/4HANA comme une migration de plate-forme, avec quelques mises à niveau fonctionnelles pour faire bonne mesure, que comme un changement de version. De fait, S/4 implique des changements fonctionnels substantiels et doit être considéré comme une réécriture majeure de l’ERP de SAP.

Un problème très important pour les clients est aussi que S/4HANA n’offre pas toutes les fonctionnalités d’ECC. SAP en a abandonné, tout comme certains modules. Les clients qui envisagent de passer à S/4 doivent donc planifier leur migration avec soin.

Un exemple parmi d’autres concerne le grand livre (GL). ECC en supporte deux structures différentes, mais dans S/4HANA, seule la plus récente est prise en charge. Cette différence s’accompagne de changements majeurs dans le modèle de données, combinant les modules SAP FI (Finance) et SAP CO (Controlling) en un seul module unifié.

Avec S/4HANA, SAP a aussi tenté de rationaliser certaines fonctionnalités en double et les chevauchements de produits qui résultaient de ses acquisitions. Avec pour conséquence, la perte de certaines fonctionnalités ECC. L’exemple le plus commenté est celui de SAP Human Capital Management (HCM) qui devait être remplacé par SuccessFactors. Mais, après avoir écouté les retours, SAP a finalement annoncé qu’il lancerait bien une brique HCM pour S/4HANA d’ici 2023.

Suite à cette annonce, de nombreux clients ont exprimé leurs inquiétudes quant à la complexité et au coût de la solution proposée. Depuis lors, l’entreprise a accéléré ce calendrier et annoncé quelques changements supplémentaires dans son architecture HCM.

Alors, faut-il migrer ?

Pour de nombreux clients, le facteur décisif pour passer à S/4HANA est de savoir si les fonctionnalités dont ils ont besoin pour leur secteur sont disponibles. Il se peut qu’elles ne le soient pas.

SAP a sorti de nombreuses applications sectorielles par le biais de « packs de compatibilité » qui offrent au moins des fonctionnalités partielles. Toutefois, ces packs sont en grande partie considérés comme des mesures palliatives et peuvent ne pas répondre totalement aux besoins.

Entre-temps, SAP a aussi mis l’accent, dans ses nouveaux développements, sur des solutions industrielles en mode cloud et sur un modèle de microservices plus granulaire.

Les clients qui envisagent une migration vers S/4HANA devront donc examiner leurs processus opérationnels avec précision et déterminer si ceux qu’ils exécutent actuellement avec ECC – ou ceux qu’ils imaginent pour les remplacer, en fonction de l’approche de migration – sont disponibles dans S/4HANA.

Pour approfondir sur Applications transversales - PGI (ERP)

Close