BMW démarre la refonte de sa chaîne logistique avec AWS

Le groupe BMW resserre ses liens avec AWS pour améliorer sa chaîne d’approvisionnement et ses processus de fabrication en s’ouvrant la porte du Machine Learning. Quant à AWS, il renforce sa présence dans ce vertical industriel.

BMW Group s’est lancé dans une collaboration de grande envergure avec Amazon Web Services (AWS) visant à migrer ses données vers le cloud, à renforcer ses compétences IT et à co-développer des produits destinés à moderniser ses processus de production.

Suite de l'article ci-dessous

Le fabricant automobile s’est engagé à faire migrer une partie de ses principaux systèmes et de ses bases de données dans le cloud. Il s’agit là d’un très gros projet qui mettra à contribution les BU de BMW réparties dans plus de 100 pays.

Les systèmes liés aux fonctions de vente, de fabrication et de maintenance sont concernés. BMW estime que cette opération dopera son agilité métier, lui permettra d’utiliser ses données à meilleur escient et contribuera à créer de nouvelles expériences client.

BMW profitera en outre de cette migration pour accroître les capacités son lac de données actuel – le « Cloud Data Hub » – hébergé sur S3 et utilisé par les développeurs et les employés du groupe.

Le groupe souhaite permettre à davantage d’organisations d’alimenter son Cloud Data Hub avec des données d’exploitation et de maintenance. Des entreprises tierces, comme les concessionnaires, les équipementiers et d’autres sociétés technologiques, pourraient ainsi être impliquées.

Il s’agit aussi pour les équipes de développement internes de BMW de pouvoir appliquer aux données du Cloud Data Hub certains éléments du vaste portefeuille de machine learning d’AWS, comme Amazon SageMaker, de manière à créer de nouveaux produits et services.

À titre d’exemple, le constructeur automobile estime que le machine learning pourra l’aider à prévoir la demande en véhicules et pièces détachées. Il serait ainsi possible d’optimiser sa chaîne logistique et les livraisons aux clients de façon à améliorer l’expérience commerciale liée à la marque.

Les entreprises poursuivront également un travail connexe, destiné à améliorer la transparence de la chaîne logistique, qui implique une utilisation accrue de la plateforme PartChain de BMW, elle aussi basée sur AWS.

Cette plateforme a recours à Amazon Elastic Kubernetes Service (EKS) et à la blockchain pour améliorer la traçabilité des pièces automobiles et des matières premières au sein de la chaîne logistique de l’entreprise.

« BMW Group sera ainsi en mesure de faire correspondre des pièces et des véhicules spécifiques afin de faciliter la recherche de défauts, et de s’assurer que les matériaux proviennent de sources socialement responsables », expliquent les deux acteurs dans une déclaration commune.

Pour garantir la réussite de tous ces projets, AWS et BMW se sont engagées à investir conjointement dans la formation de plus de 5 000 informaticiens de BMW sur les technologies d’AWS. L’ensemble des collaborateurs se verront également proposer une formation pour utiliser l’analytique plus efficacement en fonction du poste de chacun.

« Les data scientists d’AWS Professional Services et de BMW Group travailleront avec les employés de BMW Group pour identifier les difficultés, évaluer les technologies émergentes et développer des solutions cloud pour le secteur automobile », poursuit le communiqué.

Les deux acteurs partenaires prévoient par ailleurs de développer des solutions de traitement du langage naturel (NLP) capables d’extraire, de traiter et de traduire automatiquement des textes issus de différentes sources, comme des rapports de fabrication, des postes de réseaux sociaux ou des chatbots clients, afin d’étayer les prises de décision des équipes en charge du marketing, de la conformité et de la maintenance.

« Nous plaçons les données au centre de notre mode de fonctionnement et nous avons hâte de collaborer avec AWS. En conjuguant nos talents, nous continuerons à miser sur l’innovation dans le secteur de la construction automobile, de manière à générer de nouvelles expériences attrayantes pour nos clients partout dans le monde », se réjouit déjà Alexander Buresch, DSI et vice-président du service informatique de BMW.

Du côté d’AWS, Matt Garman, vice-président ventes et marketing voit également ce partenariat comme un moyen de renforcer la présence du cloudiste dans le secteur automobile.

À lire aussi sur l’IT et le secteur automobile

HPC : Nissan Motor migre sur le cloud
Le constructeur automobile se prépare à transférer diverses workloads d’ingénierie (mécanique des fluides, etc.) – très sensibles au temps de latence et qu’il gérait sur site – vers les offres hébergées d’Oracle Cloud (IaaS).

Oracle : Hyundai-Kia accélère sur le support tiers
Le constructeur automobile coréen a décidé de passer à la vitesse supérieure avec son prestataire de support tiers Rimini Street. Il compte utiliser les économies réalisées sur le support Oracle pour financer des innovations plus porteuses de croissance.

Industrie 4.0 : Renault choisit le machine learning de Google Cloud
Moins présent que ses concurrents dans l’industrie, Google Cloud a signé un partenariat avec un acteur de taille. Le groupe Renault et GCP s’associent « pour accélérer la digitalisation du système industriel du groupe Renault et le déploiement de l’industrie 4.0 ».

Comment Renault suit à la trace ses moteurs et ses boîtes de vitesse
Le groupe Renault connecte désormais 5 000 emballages pour localiser des organes coûteux des véhicules que sont les moteurs et les boîtes de vitesse. Pour cela, le constructeur a fait appel à Objenious, filiale de Bouygues Telecom, et son réseau LoRa.

Renault teste la blockchain pour assurer la conformité de ses véhicules
Le groupe automobile veut associer ses fournisseurs – dont Faurecia – pour mieux assurer la certification de ses véhicules et devenir plus réactif grâce à une blockchain privée, XCEED, qui s’appuie sur Hyperledger et IBM. Plusieurs points clefs du projet restent confidentiels.

Pour approfondir sur Applications métiers

Close