Moleskine

SaaS : Talkspirit lance une suite bureautique (sur OVH)

Avec cette suite intégrée à son réseau social d’entreprise, l’éditeur français vient chasser sur les terres d’Office 365 et de Microsoft Teams. Son OfficeNow s’appuie sur le code open source d’OnlyOffice et sur l’infrastructure d’OVHCloud.

Talkspirit, l’éditeur français de Réseau Social d’Entreprise (RSE), ajoute une corde à son arc collaboratif en se lançant dans la bureautique. En clair, il lance un concurrent d’Office 365 et de G Suite. Mais en mode « souverain ».

Suite de l'article ci-dessous

Intégrés à son RSE (donc non disponibles en produits seuls), le traitement de texte, le tableur et l’outil de présentation sont présentés par Talkspirit comme une suite qui peut « challenger Teams », l’outil de communication unifiée de Microsoft.

OfficeNow : un « Office 365 » sur OVHCloud

OfficeNow – c’est le nom de cette nouvelle suite bureautique – permet la création, l’édition, la sauvegarde et le partage de documents ; l’import de fichiers Word, Excel et PowerPoint ; la coédition en temps réel ; ou encore l’export PDF pour impression, liste pêle-mêle l’éditeur.

« Avec OfficeNow, Talkspirit renforce sa dimension collaborative et affirme résolument son ambition d’être une alternative crédible à Microsoft 365 [qui inclut le service Teams], au sein des PME et des ETI françaises », lance Philippe Pinault, PDG et co-fondateur qui ajoute que sa suite est « mieux intégrée, hébergée en France et moins chère ».

Le traitement de texte de OfficeNow
Le traitement de texte de OfficeNow

Pour le moins cher, le temps dira si la promesse est tenue car – pour l’instant – et comme Philippe Pinault le précise au MagIT, « OfficeNow est proposé en bêta gratuitement. Des options premium seront proposées plus tard ».

Pour l’hébergement, en revanche, aucun doute. OfficeNow, comme Talkspirit, s’appuie sur une infrastructure souveraine. « Les documents sont hébergés sur les serveurs d’OVHcloud », nous confirme Philippe Pinault.

Quant au code de l’application, l’éditeur a fait le choix d’OnlyOffice, une brique open source européenne (développée en Lettonie). Pour la petite histoire, l’éditeur d’OnlyOffice propose lui aussi une offre SaaS, mais hébergé sur AWS. OnlyOffice est aussi l’outil choisi par une autre stack collaborative open source d’origine allemande, NextCloud, en complément de son EFSS.

Exemple de tableur OfficeNow
Le tableur de OfficeNow

Office 365 et G Suite en ligne de mire

Avec OfficeNow/OnlyOffice, Talkspirit cible prioritairement les ETI et ses clients existants. Mais pas que.

« OfficeNow a été déployé pour l’ensemble de [nos] clients, y compris les comptes de plus de 1 000 collaborateurs », nous confie Philippe Pinault. « OfficeNow est adapté aux entreprises de toutes tailles […]. Talkspirit a déjà des clients de plus de 2 000 personnes qui l’utilisent. Par exemple l’Office National des Forêts, avec 3 500 utilisateurs », insiste-t-il.

Le président de l’éditeur français ne cache pas non plus son ambition d’aller titiller Microsoft et Google dans les entreprises françaises. Quand on lui demande si sa nouvelle offre vise à équiper celles qui n’ont pas de suites bureautiques SaaS, ou à remplacer celles qui ont déjà du Office 365 et du G Suite, il répond : « potentiellement, oui ».

Une diapositive dans OfficeNow
Une diapositive dans l'outil de présentation d'OfficeNow

Une attente des clients

L’idée d’OfficeNow émanerait des retours des clients de Talskpirit eux-mêmes. Philippe Pinault dit avoir constaté « une forte demande pour des outils qui fluidifient la collaboration et le travail d’équipe au quotidien ».

« Nos clients s'aperçoivent qu'il est bien plus simple d'utiliser une solution nativement intégrée plutôt que de jongler entre Outlook, Yammer, Teams et Sharepoint. »
Philippe PinaultTalkspirit

Il évoque deux raisons principales à ce besoin. Les entreprises françaises voudraient « offrir à leurs utilisateurs un module de co-édition de documents à distance », mais elles voudraient dans le même temps « centraliser ces fonctionnalités sur la plateforme sur laquelle [elles] ont déjà le tchat, la visioconférence et les groupes – [pour] rationaliser le nombre d’outils collaboratifs et réduire les coûts d’outils ».

« En utilisant Talkspirit, nos clients s’aperçoivent qu’il est bien plus simple d’utiliser une solution unique, sur laquelle sont concentrées et nativement intégrées entre elles les fonctionnalités-clés pour collaborer, plutôt que de jongler entre Outlook (pour les emails), Yammer (pour le social), Teams (pour la collaboration), Sharepoint (pour partager des documents), etc. », continue-t-il.

Pour mémoire, Talkspirit propose effectivement le tchat, la visioconférence, des checklists, l’assignation de tâches, le partage de documents, les groupes/channels, et donc depuis peu une suite bureautique collaborative.

L’avenir dira si le marché répond présent et si l’offre arrive à se faire une place à l’ombre des géants américains.

En attendant, le déploiement d’OnlyOffice a été réalisé pour tous les comptes Talkspirit. Une mise à jour est d’ores et déjà prévue pour améliorer le système de versioning.

Lire aussi sur le sujet

OVH ouvre son supermarché d’applications souveraines
« OVHCloud Marketplace » liste des solutions B2B qui utilisent les services d’infrastructure du cloud nordiste. Encore en bêta, cette vitrine propose déjà de belles références de l’IT français.

L’Armée de terre s’essaye au Réseau Social d’Entreprise
L’Armée de terre teste la solution de RSE du Français Talkspirit pour favoriser la collaboration et décloisonner ses métiers. Une expérimentation pour l’instant limitée à la sous-direction du recrutement.

La ville de Megève partage ses fichiers avec un outil open source français
Pydio, l’EFSS à déployer sur site, est utilisé depuis deux ans par la DSI de la station. Le contrôle des droits d’accès, l’ergonomie et la maîtrise totale des documents ont emporté la décision face aux Dropbox-like américains en mode SaaS et aux alternatives sur site.

Pour approfondir sur Bureautique

- ANNONCES GOOGLE

Close