fotografiche.eu - Fotolia

Process Mining : SAP proche d’un rachat de Signavio

Dans le cadre de sa stratégie de cloudification et de déploiement plus rapide de ses ERP, SAP devrait racheter dans les jours qui viennent un autre éditeur allemand, Signavio, spécialiste de l’analyse des process d’entreprise.

SAP serait sur le point de racheter un autre éditeur allemand et partenaire de longue date, Signavio.

Signavio est un spécialiste du domaine du « process mining ». Cette discipline consiste à automatiser l’analyse des processus réels d’une organisation. Les bénéfices sont doubles. D’une part, optimiser l’existant (voire repenser les processus). D’autre part, accélérer le déploiement d’applications métiers comme les ERP en les faisant coller au plus près des procédures trouvées (ou en adaptant celles-ci).

Suite de l'article ci-dessous

Selon le média économique Bloomberg à l’origine de cette information, le montant de la transaction valoriserait Signavio à hauteur de 1,2 milliard de dollars.

SAP est dans une phase de transition avec la « cloudification » de son offre qui, selon Forrester, n’est pas encore aussi aboutie que celle de son grand concurrent Oracle. Résultat, les projets SAP restent complexes. Plus largement, un responsable d’Infor, Laurent Jacquemain, expliquait que les clients ne veulent plus de projets au long cours dont on ne voit les premiers bénéfices qu’après plusieurs années.

« [Les clients] ne veulent plus d’implémentations longues et coûteuses, avec un effet tunnel et des résultats qui ne viennent qu’au bout de trois ans [...]. »
Laurent JacquemainSVP & GM Europe du Sud, Infor

« Ils ne veulent plus d’implémentations longues et coûteuses, avec un effet tunnel et des résultats qui ne viennent qu’au bout de trois ans et un lancement effectif au bout de deux ans », constate cet expert de l’ERP. SAP ne fait pas exception et tente lui aussi d’accélérer ses cycles de « delivery » – notamment avec le cloud – comme nous le confirmait le responsable de sa branche française. « Le cloud permet d’aller plus vite, et d’avoir un retour sur investissement plus important », nous expliquait Frédéric Chauviré.

« SAP a investi très fortement sur les quatre années passées avec nos partenaires pour packager des implémentations par industrie [qui] permet [tent] une approche “fixed scope & fixed price” pour S/4HANA [N.D.R. : prix fixe et champs fonctionnels déterminés à l’avance, dont le but est de tenir les délais et les budgets initiaux du projet] », ajoutait-il.

Dans ce cadre d’une simplification et d’une accélération des projets, le rachat de Signavio s’inscrirait bien dans la stratégie du PDG de SAP, Christian Klein de recentrer les activités sur le cœur de métier de l’éditeur, à savoir la transformation digitale par l’ERP.

SAP n’est pas le seul éditeur à voir les bénéfices du process mining. Depuis 2019, l’Américain Infor avait passé un accord avec Signavio. Que deviendra cette alliance dans le cas du rachat probable de ce partenaire par SAP ? La question risque de se poser rapidement pour « l’Oracle de Manhattan ».

Pour approfondir sur SAP

Close