Rawpixel.com - stock.adobe.com

Suite collaborative souveraine : Wimi et Scaleway s’associent

De client, Wimi devient partenaire de Scaleway. Le but est de proposer à terme une suite collaborative SecNumCloud puis Cloud de Confiance, concurrentes des leaders américains du marché.

Dans la famille des suites collaboratives souveraines, WIMI et Scaleway viennent d’annoncer un rapprochement qui ressemble à un mariage. Jusqu’ici, Wimi était client du cloudiste français. Ce partenariat pousse leur relation un cran plus loin.

Suite de l'article ci-dessous

« Ce qui change tout, c’est la décision de s’engager ensemble à long terme, et de ne pas faire d’alliance avec des acteurs de suites collaboratives ou d’hébergeurs américains », résume un porte-parole de Wimi.

Une offre collaborative souveraine et locale en plein boom

Wimi et Scaleway ne sont pas les seuls acteurs locaux sur les terres d’Office 365 et de Google Workplace. Mais les deux acteurs veulent être les premiers à proposer une offre SaaS certifiée SecNumCloud par l’ANSSI et « Cloud de Confiance », précise Lionel Roux, CEO de Wimi, au MagIT.

« Depuis près de deux ans, Wimi est engagé dans le dispositif SecNumCloud », précise le dirigeant dans le communiqué officiel. « Avec Scaleway, nous formons le seul partenariat hébergeur – fournisseur de service qui soit pleinement à l’abri des lois d’extraterritorialité », lance-t-il.

Cette affirmation est néanmoins à relativiser. Jamespot sur Outscale et OVH, Ikoula (avec Zimbra) ou encore GoFast et Talkspirit sur OVH sont eux aussi à l’abri du CLOUD Act et des lois américaines ou chinoises.

« Les autres solutions disposent d’un hébergement SecNumCloud mais ne sont pas elles-mêmes SecNumCloud. »
Lionel RouxWimi

« Les autres solutions [collaboratives] disposent d’un hébergement SecNumCloud, mais ne sont pas elles-mêmes SecNumCloud », nuance Lionel Roux dans son échange avec LeMagIT.

« Le référentiel s’applique d’une manière différente pour un hébergeur et un éditeur de logiciel », explicite-t-il. « Par exemple, le référentiel SecNumCloud impose à un éditeur de logiciel de sécuriser son infrastructure serveurs, mais aussi de nombreuses autres exigences en lien direct avec le logiciel (sauvegardes régulières des données, tests de restauration, audits de sécurité du code, détection de comportements suspects sur le logiciel, authentification forte, etc.) »

Wimi certifié SecNumCloud au troisième trimestre

Wimi était déjà hébergé sur des serveurs dédiés de Scaleway. « C’est l’une des raisons pour lesquelles des acteurs tels que l’Assemblée nationale et le Service de l’Information du Gouvernement font confiance », précise l’éditeur.

C’est ce même hébergement souverain qui fait que Wimi, en plus d’être ISO 27001:2013, est « sur le point d’obtenir la certification », assure-t-il. La concrétisation de la demande auprès de l’ANSSI est espérée pour le troisième trimestre de cette année.

De son côté, Scaleway n’est pas SecNumCloud. Mais le cloudiste rappelle qu’il est engagé « dans des processus de certification exigeants », que « plusieurs produits sont déjà qualifiés ISO 27001 et HDS », et que sa « démarche l’emmène vers des certifications ENISA – certifications européennes devant à terme se substituer au SecNumCloud français ».

Une fois sa certification obtenue, Wimi postulera naturellement au label Cloud de Confiance qui, pour mémoire, ajoute à SecNumCloud l’exigence de n’être soumis qu’au droit européen.

« Entre Scaleway et Wimi, la souveraineté n’est pas une question, c’est une évidence. »
Yann LechelleScaleway

« Le Cloud de Confiance n’est pas une chimère, il existe déjà », vante Yann Lechelle, CEO de Scaleway. « L’essentiel est d’offrir une certitude juridique au client avec tout le sérieux que peuvent apporter deux acteurs du cloud établis depuis plus de dix ans chacun. Entre Scaleway et Wimi, la souveraineté n’est pas une question, c’est une évidence », tranche-t-il.

Avec cette feuille de route, au-delà des suites collaboratives de bout en bout, Wimi se positionne aussi au passage en concurrence directe d’acteurs plus centrés sur le stockage et le partage de documents comme Oodrive, LockSelf, Parsec et TransfertPro, qui sont déjà certifiés ou qualifiés par l’ANSSI.

Des points différenciants par rapport aux autres concurrents souverains

Pour Lionel Roux « Wimi dispose de fonctionnalités similaires aux autres solutions [souveraines collaboratives] », mais sa solution se différencie par plusieurs points. 

Le dirigeant cite « une gestion documentaire avancée (Wimi Drive avec versioning, co-édition, gestion des droits fine, champs personnalisés, etc.) », une brique de « gestion de projet » (tableau Kan Ban, diagramme de Gantt) et « un niveau de sécurité supérieur » (authentification multifacteurs, chiffrement de bout-en-bout sur Wimi Armoured).

Fondé en 2010, Wimi revendique des clients aussi bien dans les grands groupes (Total, Sephora, Groupama Asset Management) que de plus petites structures (comme la Fédération Française de Rugby).

Mais la certification SecNumCloud – qui est au cœur de ce partenariat avec Scaleway – vise prioritairement le secteur public où l’éditeur est déjà présent dans des administrations (comme à l’Agence Informatique Financière de l’État), dans collectivités locales (Région Corse, le Conseil Général des Hautes-Pyrénées, ville de Lens, etc.) ou, donc, à l’Assemblée nationale et au Service de l’Information du Gouvernement.

Wimi vient de recevoir le prix de la « Transformation numérique de l’État en mode projet » des Cas d’Or du Digital.

Pour approfondir sur Outils collaboratifs

Close