Netapp dévoile OnTap 9 la dernière mouture de son OS

OnTap 9 apporte d'importantes améliorations fonctionnelles, que ce soit sur les baies NetApp ou en version virtuelle. Son lancement est appuyé par celui du programme FlashAdvantage 3-4-5, pour contrer les programmes similaires d'EMC et Pure Storage.

NetApp a annoncé hier le lancement de la dernière mouture de son système d’exploitation de stockage et profité de l’arrivée de cet opus pour nettoyer un tantinet les différentes appellations utilisées pour l’OS. OnTap se débarrasse ainsi du Data qui le précédait et devient dans cette dernière mouture OnTap 9. La version cloud est rebaptisée OnTap Cloud, tandis que la déclinaison software Defined prend le nom d'OnTap Select (exit donc Data OnTap Edge).

Fonctionnellement, OnTap 9 est considéré comme une version majeure du fait notamment des améliorations apportées à la gestion de la Flash, aux performances, à la résilience et à l’administration de l’OS. NetApp indique avoir également travaillé sur la résilience de ses systèmes. Enfin, le constructeur a assorti le lancement de son OS de nouvelles conditions de licences simplifiées et de garanties en matière de support et d’optimisation des données.

Le lancement de NetApp 9 n’est pas appuyé par celui de nouvelles baies FAS ou AFF (All Flash FAS). Ce n’est en effet qu’à l’automne, à l’occasion de la conférence annuelle du constructeur, Insight 2016, que NetApp dévoilera de nouveaux modèles de ses baies FAS et AFA. C’est en tout cas ce que Lee Caswell, le Vice-Président Produit et Marketing, de NetApp, a confirmé dans un podcast sur le site du constructeur.

L’accent mis sur les nouvelles fonctions Flash

Comme l’explique Jérôme Fournier, le directeur avant-vente de NetApp France, le lancement d’OnTap 9 est accompagné de celui d’un nouvel ensemble de garanties NetApp baptisé FlashAdvantage 3-4-5. Ce programme aux caractéristiques toutes marketing promet aux clients des baies 100 % Flash AFF de NetApp faisant tourner OnTap 9 des performances applicatives trois fois supérieures (NetApp ne précise pas à quoi, ce qui est toujours gênant dans ce type de promesse).

Le programme engage aussi la firme sur un niveau garanti de réduction des données d’au moins 4 :1. NetApp estime ainsi que les gains typiques de ses technologies de compression et de déduplication en ligne – couplées aux fonctions de compactage de blocs - sont de 2 :1 sur les bases de données, de 5 à 8 :1 sur la virtualisation et de 12 à 13 :1 en mode VDI. Si malgré tout la promesse de 4 :1 n’est pas tenue, le constructeur s’engage, à ses frais, à ajouter des capacités Flash supplémentaire à la baie afin de tenir sa promesse. Il est à noter que ces fonctions de réduction de données sont activables et désactivables à la volée par l’administrateur afin d’optimiser le chemin de données si les données ne se prêtent pas à la compression ou à la déduplication.

Le dernier engagement du programme FlashAdvantage 3-4-5 est plus fumeux. Le 5 désigne en effet les cinq façons de commencer dans la Flash avec NetApp (dont un programme de « try and buy » gratuit, un programme de mise à jour gratuite de contrôleurs tous les 3 ans pour les clients de contrats de support prémium, et un programme de garantie sur la Flash avec des extensions allant jusqu’à 7 ans sur les SSD). Les deux autres des cinq derniers points sont la garantie de performance 3x et le niveau de réduction de données garanti déjà évoqués. Il faut croire que les marketeurs de NetApp étaient à cours d’idée et ont eu du mal à trouver deux avantages additionnels.

OnTap 9 apporte de multiples améliorations et innovations

Pourtant, OnTap 9 ne manque pas de nouvelles fonctions intéressantes. Par exemple, le mode métrocluster de l’OS supporte désormais 4 noeuds contrôleurs dans chaque datacenter du métrocluster et il est possible de ne mettre en miroir que certaines données, ce qui permet de décharger aussi bien le lien de réplication que les processeurs des contrôleurs. De même, un nouveau mode de triple parité Raid fait son apparition pour supporter les disques SSD 3D TLC Samsung de 15,3 To.

Ontap Select (le nouveau nom d’OnTap Edge) fait lui aussi un bond en avant. Cette déclinaison 100 % logicielle d’OnTap permet désormais de bâtir des clusters réunissant jusqu’à 4 nœuds (pour un total maximal de 400 To de données gérées). Elle supporte également le mode HA (avec 4 nœuds). Il est donc désormais possible de bâtir des configurations de taille très respectables avec Ontap Select, des configurations en tout bien plus musclées que celles que peut proposer EMC avec la Unity VSA, la déclinaison virtuelle de ses baies Unity. Sur le papier, Ontap Select est d’ailleurs l’une des solutions 100 % logicielle les plus séduisantes du marché (avec des offres comme celles de DataCore).

Petit bémol toutefois, là où EMC a profité du lancement de sa gamme de baies unifiées Unity à EMC World pour proposer son appliance virtuelle en mode freemium - permettant de découvrir ses produits ou de les utiliser librement en test et développement -, NetApp persiste dans sa politique de tout payant pour Ontap Select. Dans le cas présent, on aurait pu espérer un marketing plus agressif, d’autant que NetApp a de vrais avantages à faire valoir…

Enfin, côté performances, les gains apportés par OnTap 9 sont significatifs. Selon Jérôme Fournier, l’OS apporte une forte réduction de la latence des IOPS Flash (NetApp annonce 41 % de performances additionnelles sous la barre de la milliseconde). Lee Caswell annonce de son côté des performances transactionnelles jusqu’à 20 fois meilleures, du fait notamment des améliorations apportées au chemin de lecture dans OnTap 9.

Parmi les autres améliorations, on peut aussi souligner le support des VVOLS de VMware, l’arrivée d’assistants de configuration spécifiques pour certaines applications, dont Oracle, et la simplification des licences. Comme chez la plupart des concurrents de type Pure Storage, EMC ou Nimble, la licence standard pour de l’OS sur les baies 100 % Flash inclut désormais l’ensemble des fonctions de l’OS, à l’exception de SnapLock (le mode WORM des baies NetApp). En revanche, et c’est moins compréhensible, le mécanisme de pack de licence OnTap en vigueur pour les baies traditionnelles FAS reste d’actualité.

Selon NetApp, il est possible de migrer directement d’ONTAP 8.3 vers OnTap 9 via une simple mise à jour non disruptive. La migration sera en revanche disruptive pour les utilisateurs d’OnTap 7 ou 7G et nécessitera l’usage d’outils de migration appropriés ainsi qu’une assistance technique (en ce sens, la migration vers OnTap 9 n’est pas différente de celle vers OnTap8.x).

La prochaine version majeure de l’OS de stockage de NetApp, OnTap 9.1 devrait être présentée à la fin du mois de septembre, à l’occasion de la conférence Insight 2016 de Las Vegas. Son lancement coïncidera avec le rafraîchissement matériel des baies FAS et AFF, sans doute avec les dernières puces Xeon v4 d’Intel et peut-être avec des capacités réseaux améliorées (par exemple avec des cartes Ethernet plus rapides à même de supporter les nouveaux modes 25/50 en plus de l’actuel 10G). OnTap 9.1 pourrait aussi marquer les premiers rapprochements avec SolidFire, par exemple en matière de réplication de données, même si huit mois est peut-être un délai un peu court pour apporter les changements nécessaires à OnTap et ElementOS (l’OS de SolidFire).

Pour approfondir sur SAN et NAS

- ANNONCES GOOGLE

Close