Toujours proches, SAP et Microsoft renforcent encore leur collaboration dans l'ERP et le Cloud

S/4HANA débarque sur Azure. Les deux éditeurs le déploieront en interne pour mieux sceller leur alliance. Et convaincre les clients de migrer. Une démarche que SAP n'avait pas eu avec AWS et Google.

Barcelone, mi-novembre 2017. Dans la salle de conférence des TechEd 2017, SAP multiplie les nouveautés pour les développeurs et confirme son accord stratégique avec Google Cloud. Mais rien sur Microsoft.

Le stand de l'américain était bien là, et un des plus populaires. Mais ce silence avait éveillé la curiosité. Il laissait présager qu'une annonce a priori majeure allait être faite entre les deux géants.

Les meilleurs amis de l'IT depuis longtemps

Depuis plusieurs années maintenant, Microsoft et SAP sont les meilleurs amis du monde IT B2B. Microsoft est le leader sur le poste de travail et les applications "de productivité" (Windows, Office, Skype, etc.) quand SAP est un des leaders des applications métiers (ERP, HCM, SCM, analytique).

Il existe quelques zones de frictions comme dans les bases de données où HANA pourrait être un concurrent de SQL Server, ou à l'inverse dans les applications où le récent Microsoft Dynamics 365 pourrait être un compétiteur des solutions métiers de SAP.

Mais les deux éditeurs ont trop de clients communs, des gammes trop complémentaires, et une histoire trop liée pour laisser ces recoupements de produits prendre le pas sur leur bonne entente.

D'autant plus que comme l'explique Microsoft son ERP ne vise pas à déloger SAP des grands systèmes centraux mais à le compléter à la périphérie. Quant à HANA, la base In-Memory de SAP, elle est très liée à l'univers de SAP et n'a pas la visée "généraliste" d'un SQL Server.

Le Cloud les rapproche encore, malgré des accords avec AWS et Google

Avec l'avènement du Cloud, SAP et Microsoft se sont trouvé un terrain d'entente supplémentaire.

Dans sa transition vers le SaaS et le PaaS, SAP a bien des datacenters en propre. Mais la valeur ajoutée ne se fait pas là. Et les contraintes d'architecture IT (latence, sécurité du réseau, etc.) obligent à prendre en compte l'existant "as a service" des clients.

Résultat, SAP a fait de Azure son partenaire de choix - en plus du leader incontesté AWS et, depuis cette année, de Google.

Il était donc curieux de ne pas entendre parler de Microsoft à Barcelone. L'explication est venue hier soir. Les deux "amis" ne voulaient pas polluer l'annonce de l'approfondissement de leur collaboration avec le rappel du partenariat entre Google et SAP. Et, on le sait depuis hier, ils préféraient attendre le moment stratégique où Amazon allait tenir son évènement AWS Re:Invent.

Ce choix est d'ailleurs un message en soi. Microsoft est, et reste, le partenaire préféré de SAP (on se souviendra que le rachat du deuxième par le premier a un moment été envisagé). Et ce même si de nombreux services et applications SAP sont déployables sur AWS.

La levée de bouclier des "retailers" contre AWS - à la fois parce que sa maison mère est leur concurrent le plus redoutable dans le eCommerce et parce que Amazon a mis un pied dans la grande distribution "en dur" en rachetant Whole Food Market - ne pouvait avoir que cet effet. La distribution est un vivier de clients important pour SAP. L'allemand ne peut donc faire autrement que de leur proposer ce qu'ils veulent : des infrastructures chez Google ou chez Microsoft.

SAP utilisera Azure, Microsoft utilisera S/4HANA

Avec ce nouvel accord, Azure - qui proposait déjà la base In-Memory seule - proposera une version entièrement managée (SAP HANA Enterprise Cloud) sur son PaaS. Ce qui ouvre la porte à la "grosse" annonce du jour : S/4HANA, l'ERP SAP qui tourne exclusivement sur HANA, sera disponible sur Azure.

Il l'était déjà sur Google Cloud depuis cette année (une annonce faite de manière discrète en même temps que l'arrivée de la base HANA et du PaaS de SAP sur l'infrastructure Google Cloud), tout comme il l'est également sur AWS.

Mais SAP et Microsoft vont plus loin. Ils utiliseront tous les deux en interne S/4HANA sur Azure.

Microsoft remplacera son existant SAP par le module Finance de la suite. Et SAP migrera une douzaine de ses systèmes critiques internes sur S/4HANA vers Azure. Ces services rejoignent donc de fait Ariba qui est déjà hébergé sur la plateforme de Microsoft.

Convaincre les clients en le faisant

Le but est de convaincre les clients de passer au Cloud de Microsoft et à la version 100% In-Memory - encore incomplète - de l'ERP.

« Les deux sociétés documenteront les projets internes pour fournir aux clients des conseils pour le déploiement des applications SAP sur Azure », confirme l'allemand dans son communiqué.

Même son de cloche chez le PDG de Microsoft, Satya Nadella. « Nous misons sur notre partenariat historique. Nous [Microsoft et SAP] exploiterons nos produits respectifs pour mieux gérer nos propres entreprises mais aussi pour montrer à nos clients comment faire tourner leurs applications et leurs workloads les plus critiques avec SAP S/4HANA sur Azure. »

Ou comment s'auto-inoculer volontairement deux antidotes (Cloud et In-Memory) pour prouver aux DSI qu'ils n'ont aucun effet secondaire.

Avec David Castaneira

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close