La nouvelle version d’Oracle Enterprise Manager mise sur le cloud hybride

Oracle met à jour sa plateforme Enterprise Manager en version 13.4. Elle apporte des capacités de gestion hybride aux utilisateurs de bases de données dans le cadre de déploiements sur site et dans le cloud.

Afin de répondre aux besoins des clients en matière de déploiements hybrides, Oracle a injecté dans sa plateforme de gestion Oracle Enterprise Manager de nouvelles fonctionnalités. Elles doivent faciliter la migration vers le cloud et la gestion des bases de données dans le cloud hybride. 

Suite de l'article ci-dessous

L’éditeur a révélé la nouvelle mise à jour 13.4 de l’Oracle Enterprise Manager le 15 janvier 2020. La disponibilité générale est prévue d’ici à la fin du premier trimestre.

Oracle vante l’hybride, mais dirige ses clients vers le cloud public

Elle apporte en premier lieu de nouveaux outils afin de migrer des bases sur sites dans le cloud.

« La gestion de ressources au sein d’une architecture hybride et du cloud public peut être difficile en termes de planification et d’exécution des migrations de bases de données », déclare Mary Johnston Turner, vice-présidente de la recherche sur le cloud management chez IDC. « Le nouveau Migration Workbench répond à ce besoin en fournissant aux clients une assistance guidée pour la mise à jour et la modernisation de l’ensemble des plateformes, selon leurs besoins spécifiques ».

« Presque tous les grands clients d’Oracle utilisent déjà Enterprise Manager », vante Mughees Minhas, vice-président de la gestion des produits chez Oracle. Il ajoute que l’éditeur ne veut pas forcer ses clients qui ont choisi le cloud à adopter un nouvel outil de gestion. C’est pourquoi le fournisseur serait en train d’intégrer de plus en plus de fonctionnalités de cloud management dans Oracle Enterprise Manager.

Selon Mughees Minhas, lorsque les utilisateurs décident de migrer leurs données sur site vers le cloud, c’est rarement pour bouger une application d’un environnement à un autre sans revoir la conception du workflow.

« Normalement, vous devez créer un système de test séparé on-prem où vous l’installez et ensuite, une fois que vous avez terminé les tests, vous mettez à niveau le système en question », déclare Mughees Minhas. « Donc nous encourageons ces cas d’usage dans Enterprise Manager par l’utilisation de véritables outils de test d’applications, où nous permettons aux clients de créer une nouvelle base de données dans le cloud pour tester ».

L’outil de migration comprend une fonction d’analyse des performances SQL pour garantir l’optimisation des opérations des bases de données lors du passage au cloud. Il inclut également un vérificateur de compatibilité afin de s’assurer que les applications sur site soient fonctionnelles une fois passée sur Oracle Autonomous Database.

Mary Johnston Turner note qu’Oracle Enterprise Manager 13.4 apporte une gestion cohérente entre les ressources traditionnelles sur site et dans Oracle Cloud. Selon l’analyste, c’est la reconnaissance que les entreprises adoptent des architectures multicloud.

Oracle dote son gestionnaire de capacités d’analytique avancées

« L’autre ajout intéressant dans l’Oracle Enterprise Manager, ce sont les capacités d’analytique avancées ».

La nouvelle version d’Oracle Enterprise Manager bénéficie de la technologie Exadata Warehouse, qui permet désormais d’analyser les workloads des bases de données Oracle.

Ainsi, les utilisateurs tireraient le meilleur parti d’une base de données unique et optimiseraient les performances. Par ailleurs, la mise à jour améliorerait l’automatisation du cycle de vie des databases.

« Avant cette version, les capacités d’analyse se limitaient principalement aux solutions SaaS d’Oracle Management Cloud, et l’ajout de cette capacité à Enterprise Manager est donc notable », estime-t-elle.

« L’objectif d’un bon administrateur ou d’un DBA, c’est d’éviter les problèmes avant qu’ils ne surviennent et non après ».
Mughees MinhasVP gestion des produits, Oracle

« L’objectif d’un bon administrateur ou d’un DBA, c’est d’éviter les problèmes avant qu’ils ne surviennent et non après », avance le responsable produit d’Oracle. « Nous mettons donc en place des capacités d’analyse et des algorithmes afin qu’ils puissent faire des prévisions, qu’ils connaissent les limites et qu’ils soient en mesure de prendre les bonnes décisions ».

Malgré un fort élan vers le cloud de la part d’Oracle, la gestion hybride continuera d’être au cœur d’Oracle Enterprise Manager, toujours selon Mughees Minhas.

« À l’avenir, nous laisserons les clients faire les mêmes choses qu’ils font sur site dans le cloud, en utilisant les mêmes API que les utilisateurs connaissent déjà », annonce le responsable d’Oracle.

Il s’agit donc pour Oracle d’orienter les clients vers son Cloud avec le plus de diplomatie possible. Pourtant, nombre d’entre eux profitent du passage au cloud pour s’orienter vers PostgreSQL. Ce SGBD permettrait lui aussi de migrer les bases de données Oracle dans le cloud sans remaniement profond des applications et à moindre coût.

La firme dirigée par Larry Ellison a un certain retard à rattraper. Selon Gartner, Oracle se positionnait à la quatrième place du classement dédié au marché DBPaaS en 2019, derrière AWS, Microsoft et Alibaba. Elle reste toutefois première du classement consacré au marché SGBD sur site.

Pour approfondir sur Outils décisionnels et analytiques

Close