olly - stock.adobe.com

RPA : UiPath se rapproche d’Oracle

Un an après SAP, le spécialiste du RPA a passé un partenariat technologique avec Oracle. À la clef, un déploiement plus rapide sur OCI et une automatisation accélérée des workflows entre applications sur site et cloud, Oracle et non Oracle.

UiPath était déjà membre de l’Oracle PartnerNetwork. Cette semaine, le spécialiste du RPA a fait un pas de plus vers le géant du logiciel et des bases de données en annonçant « une collaboration technologique stratégique » autour d’Oracle Cloud Infrastructure (le IaaS d’Oracle) et de ses applications métiers (ERP, CRM, HCM).

Suite de l'article ci-dessous

« Désormais, les clients de UiPath peuvent simplifier l’automatisation de processus métiers critiques [au sein des] applications Oracle, qu’elles soient sur site ou dans le cloud » explicite UiPath.

Deux cas d’usage et demi

Cette collaboration se traduit par trois concrétisations.

La première est un déploiement facilité des machines virtuelles de UiPath (le back-end du RPA à grande échelle) sur OCI. « UI Path Studio [N.D.R. : pour construire l’automatisation des processus] et UiPath Robot [N.D.R. : qui l’exécute] sont disponibles sur Oracle Cloud Marketplace », annonce l’éditeur. « Désormais, il ne faut que quelques minutes seulement pour déployer les bots UiPath », vante-t-il.

Pour mémoire, Oracle Cloud Marketplace est le supermarché d’Oracle qui liste les solutions partenaires et certifiées, pour compléter sa propre gamme d’applications (Fusions).

Deuxième application : l’automatisation de processus entre applications Oracle pour créer des passerelles entre son existant sur site (Siebel, PeopleSoft, JD Ewards, E-Business Suite) et sa nouvelle gamme cloud, et cela sans passer par du développement. « Facile à utiliser, le “glisser-déposer” permet de rapidement automatiser des processus métiers sans personnaliser ou bouleverser l’infrastructure informatique », résume UiPath.

La troisième application est une extension du second cas d’usage avec des bots UiPath qui complètent Oracle Integration Cloud (le middleware d’Oracle pour intégrer des applications tierces). Le RPA, dans ce cas comme dans le précédent, évite d’utiliser des APIs. Des configurations standardisées de bots visent là encore à déployer plus rapidement des automatisations, mais cette fois entre des applications Oracle et non-Oracle.

Plus d’une soixantaine de partenariats technologiques

Il y a un an, UiPath avait passé un accord similaire avec SAP, le grand concurrent d’Oracle dans le logiciel d’entreprise.

L’éditeur d’origine roumaine (mais dont le siège est à New York depuis 2017) possède en tout une soixantaine de partenariats stratégiques, dont un privilégié avec Microsoft – UiPath étant codé en .Net – qui va de Azure à Office 365 en passant par Dynamics.

AWS, Google Cloud, IBM ou Citrix font également partie de ces partenaires, tout comme en France Bonitasoft (BPM).

De son côté, et en plus de UiPath, Oracle proposait les services des deux autres acteurs majeurs du RPA : BluePrism et Automation Anywhere. UiPath vient ainsi compléter le trio leader du marché dans son écosystème.

Lire aussi sur le RPA :

RPA : méthodologie pour choisir l’outil qui vous convient
Quels critères permettent de choisir le bon outil RPA ? Cet article revient sur la méthode établie par Gartner pour évaluer les solutions des éditeurs.

Comment savoir si un processus métier est un bon candidat au RPA ?
Dix critères permettent de savoir si un processus est automatisable avec du RPA pour un retour sur investissement intéressant.

Pour approfondir sur BPM

- ANNONCES GOOGLE

Close