Sapphire Now Reimagined : nouvelle plateforme, nouveau cloud, deux nouvelles marques

La Business Technology Platform regroupe des produits existants sous une même marque pour mieux séduire les développeurs. Elle est aussi le socle d’Industry Cloud dont le but est d’aider à créer des microverticaux pour des secteurs spécifiques.

SAP veut centraliser ses outils pour les développeurs dans une plateforme unifiée.

Cette plateforme, qui était au cœur de la conférence virtuelle SAP Sapphire Now Reimagined, est en fait une marque ombrelle qui regroupe plusieurs produits du portefeuille de SAP, à savoir : sa base de données SAP HANA, SAP Data Warehouse Cloud, SAP Analytics Cloud, ainsi que SAP Cloud Platform Integration Suite. Elle inclut également des technologies comme l’Intelligence Artificielle, l’apprentissage statistique (Machine Learning) et l’automatisation robotisée des processus (RPA) issue de Contextor. Les fonctionnalités de Qualtrics y ajoutent des possibilités d’analyse de sentiments clients et employés.

Suite de l'article ci-dessous

Il n’y a donc pas de nouveaux produits dans cette Business Technology Platform, reconnaît Juergen Mueller, directeur technique de SAP. Mais centraliser ces outils lui permettra de jouer le rôle de fondation pour d’autres applications métiers et de nombreux cas d’usage imaginés par les partenaires et les clients.

« Avec ce qui se passe, nos clients sont tous confrontés à de nouveaux défis. J’ai entendu maintes et maintes fois qu’ils avaient besoin d’agilité et de plus rapidité d’exécution », continue-t-il. « Pour atteindre ces deux objectifs, la technologie devient encore plus importante, et SAP peut jouer un rôle moteur majeur afin de surmonter ces défis ». D’où l’idée de cette Business Technology Platform qui est de fournir un environnement similaire à celui d’un Salesforce Lightning ou d’un PaaS comme Azure, résume-t-il.

« Pour nous assurer que toutes les applications SAP peuvent prendre en charge les processus de bout en bout et qu’elles sont faciles à utiliser, elles se devaient de fonctionner sur une plateforme commune – c’est ce qu’est Business Technology Platform », se félicite Juergen Mueller.

Selon lui, trois points la différencient de ses concurrents. Le premier est qu’elle est entièrement centrée sur les métiers et l’opérationnel, et dans ce cadre elle tire parti des données de l’ERP et des autres systèmes. La seconde est une pile d’applications unifiée. La troisième est l’intégration avec des applications SAP, mais aussi avec des applications non SAP.

Une assiette anglaise de technologies SAP

« La Business Technology Platform n’a rien de vraiment nouveau, mais elle offre un moyen unifié et bienvenu d’accéder aux technologies SAP », analyse Joshua Greenbaum, directeur de Enterprise Applications Consulting pour qui elle permet de gérer les données, de s’occuper de l’intégration et de faire des analyses en un seul endroit.

« Les éléments qui composent cette plateforme sont disponibles depuis un temps certain. SAP les a consolidés sous une marque unique. Ce n'est pas révolutionnaire, mais c’est intéressant. »
Joshua GreenbaumEnterprise Applications Consulting

« Ils essaient de créer une appellation marketing générale sous laquelle ils peuvent regrouper de nombreuses fonctionnalités, ce qui est une bonne chose, car il est important de ne pas rester bloqué dans les détails d’un produit spécifique », résume Joshua Greenbaum. « Cela offre aux développeurs, aux partenaires et aux clients une sorte d’assiette anglaise de fonctionnalités, qu’ils peuvent déployer au fur et à mesure de leurs besoins. Les éléments qui composent cette assiette anglaise sont disponibles depuis un temps certain, mais là, SAP les a consolidés sous une marque unique. Ce n’est peut-être pas révolutionnaire, mais c’est intéressant ».

En plus des outils maisons classiques, la plateforme propose également le plus récent Qualtrics (racheté 8 milliards de dollars par SAP en 2018) souligne Predrag Jakovljevic, analyste principal de Technology Evaluation Centers – un cabinet de conseil de Montréal. Qualtrics ajoute une pointe d’intelligence aux autres applications. « Ce sera utile pour évaluer et détecter intelligemment les besoins des clients et des employés », note-t-il de manière très positive.

Pour Predrag Jakovljevic, l’idée générale de SAP est de toute façon très bonne. « Plutôt que de réinventer la roue, ils utilisent aussi intelligemment des technologies open source abordables, comme Cloudera pour l’intégration à d’autres applications. La flexibilité et l’agilité sont des mots clés. SAP pourrait bien tenir quelque chose ici ; à condition de fixer un bon prix (vu les difficultés de trésorerie de la plupart de leurs clients avec la pandémie) ».

Industry Cloud va vers les microverticaux

Lors de ce Sapphire, SAP a également présenté Industry Cloud, une initiative qui découle de sa Business Technology Platform sur laquelle elle s’appuie. Industry Cloud vise à développer des applications et des services dédiés à des secteurs et à des verticaux précis (les « industries » au sens de SAP).

« Personne ne sait à quoi ressemblera la normalité, demain. [...] Il n'y a pas une seule stratégie commune pour tout le monde : tout est question de flexibilité, de créativité et de réactivité. »
Peter MaierSAP

Ces applications très centrées sur des métiers particuliers sont encore plus importantes aujourd’hui, car chaque secteur et chaque zone géographique a été touché de manière différente par la pandémie, affirme Peter Maier – président de SAP Industries and Customer Advisory.

« Il n’y a pas une seule stratégie commune à tout le monde ; tout est question de flexibilité, de créativité et de réactivité », ajoute-t-il. « Personne ne sait à quoi ressemblera la normalité, demain. Mais nous travaillons avec nos clients dès aujourd’hui sur de nouvelles façons de réussir, tout en étant scalables et sécurisés ».

Industry Cloud cible pas moins de vingt-cinq secteurs – de l’aérospatiale à la défense en passant par le sport. Il exploite l’expertise interne de SAP dans de nombreuses industries, mais aussi le savoir-faire de partenaires qui peuvent – et pourront – aider à construire des verticaux.

Les partenariats s’annoncent d’ailleurs comme essentiels dans cette stratégie. Une actualité en témoigne. SAP s’est récemment associé à Honeywell International pour construire une application de gestion des immeubles (Smart Building) qui combine les données d’exploitation des bâtiments de Honeywell Forge avec SAP Cloud for Real Estate – une application qui s’appuie elle-même sur SAP Cloud Platform.

« Les utilisateurs de SAP ont une longueur d’avance pour le développement d’applications innovantes » vante Peter Maier. « Ils peuvent utiliser la Intelligent Suite avec S/4HANA ; ils disposent du Business Network, qui les aide à se connecter avec des clients et des partenaires ; et ils ont de l’Experience Management à disposition [N.D.R. : Qualtrics], qui les aide à comprendre le sentiment et les retours de leurs clients ».

Pas de cavalier seul

Pour Predrag Jakovljevic de Technology Evaluation Centers, Industry Cloud est une forme de reconnaissance de la part de SAP du fait que, pour développer des applications pour 25 industries, il a besoin de partenaires. Mais cette cible très large ferait également sa force.

« Infor, Epicor ou IFS ne parlent qu’aux quelques industries auxquelles ils s’adressent. L’ambition beaucoup plus grande de SAP explique pourquoi il parle de partenaires – et même de clients particuliers – pour développer leurs propres solutions industrielles sur sa plateforme », explique-t-il. « Un point qui sera clef ici, est le lien très intime entre cette plateforme et l’ERP – ce que SAP espère être un atout. En tout cas, parler de solutions pour des industries très spécifiques est à coup sûr un bon message de nos jours ».

« Avec Industry Cloud, SAP veut s'assurer que tout le monde sait que [les applications métiers verticalisées] c'est son territoire - et qu’il va le défendre. »
Predrag JakovljevicTechnology Evaluation Centers

Une des autres raisons d’Industrial Cloud serait que SAP garde un œil très attentif sur Google. Son partenaire laisse en effet clairement transparaître des indices du fait qu’il ne devrait pas tarder à devenir également un concurrent en se lançant sur le marché des applications cloud verticalisées, prédit Joshua Greenbaum d’Enterprise Applications Consulting. Un effet de l’arrivée chez Oracle de l’ex-Oraclien, Thomas Kurian.

« Il est clair que Google considère les verticaux et les solutions dédiées pour des industries spécifiques comme un pivot stratégique pour aller vers les logiciels d’entreprise. Chaque réunion chez Google Cloud ressemble de plus en plus à un séminaire d’anciens de SAP », plaisante Joshua Greenbaum. « Avec l’Industry Cloud, SAP veut s’assurer que tout le monde sait que c’est son territoire – et qu’il va le défendre ».

L’approche verticalisée adoptée par SAP est en tout cas plus importante que jamais au regard du contexte mondial, estime pour sa part l’analyste Vinnie Mirchandani, fondateur de Deal Architect. Mais, ajoute-t-il en accord avec Predrag Jakovljevic, la décision de lier S/4HANA (et d’autres produits transverses) à ses futurs verticaux n’est pas sans risque.

« Il n’est pas certain que les entreprises disposent d’un budget suffisant pour tout acheter dans cet environnement », doute-t-il. « Certains concurrents de SAP positionnent leurs IA de manière plus légère, ou leurs plateformes ou d’autres couches numériques au-dessus de l’existant des clients. Et ils leur disent qu’il n’est pas nécessaire de tout changer ni de remplacer leurs applications transactionnelles existantes. Ces projets sont beaucoup plus rapides, et ils permettent tout de même aux clients d’améliorer les processus qui sont uniques à leurs industries tout en n’investissant pas – ou pas beaucoup – dans les applications horizontales ou dans le cœur de leurs systèmes ».

Un doctorat en nomenclature SAP

Un autre analyste accueille Industry Cloud positivement, mais, lui aussi, avec une réserve. « Industry Cloud semble être une bonne initiative, mais SAP doit mieux expliquer ce dont il s’agit » invite Paul Saunders, directeur de recherche chez Gartner.

« SAP est sur la bonne voie [mais] il doit continuer à éliminer encore plus de complexité. »
Paul SaundersGartner

« SAP est sur la bonne voie en ce qui concerne les discussions sur la façon dont il peut aider ses clients dans l’environnement actuel ; cependant, il doit faire plus pour éliminer encore plus de complexité », continue Paul Saunders.

« Industry Cloud en est un bon exemple. Vous ne pouvez pas dire ce que c’est, rien qu’en lisant le nom. Il ne s’agit pas vraiment de l’industrie [manufacturière], ni complètement de cloud. Sans un “doctorat en nomenclature SAP”, un client ou un prospect pourra-t-il comprendre les différences entre SAP Industry Cloud, S/4HANA Cloud, SAP Cloud Platform ou HANA Enterprise Cloud ? ».

Pour approfondir sur Applications métiers

Close