Résultats : Dell EMC résiste encore à la pandémie grâce au stockage

C’est plus précisément le stockage utile au télétravail qui a permis au constructeur de limiter la baisse de ses ventes trimestrielles à seulement 3 %.

On le redoutait, les fournisseurs d’infrastructure font face à une baisse de leurs revenus en raison des retombées de la crise pandémique. Dell EMC n’échappe pas à la règle. Selon les résultats qu’il vient de publier, son dernier CA trimestriel, clos au 31 juillet, a chuté de 3 % en un an pour atteindre 22,7 milliards de dollars.

Suite de l'article ci-dessous

Les revenus générés par le stockage historiquement EMC sont désormais comptabilisés dans le groupe des solutions d’infrastructure (ISG) de Dell, lequel comprend également les serveurs Dell PowerEdge et les produits réseau. Le chiffre d’affaires trimestriel de cette division ISG s’élève à 8,2 milliards de dollars, soit une diminution de 5 % par rapport à l’année précédente. Les ventes de stockage, qui représentent près de la moitié des revenus d’ISG, soit 4 milliards de dollars, sont en baisse de 4 % par rapport à l’année dernière. Mais – et cela mérite d’être noté – elles sont en hausse de 5 % par rapport au trimestre précédent.

Les ventes de serveurs – dont sont exclues les infrastructures hyperconvergées VxRail, considérées comme du stockage – et de produits réseau n’ont pas spécialement suivi cette dynamique. Leurs ventes cumulées pèsent aujourd’hui 4,2 milliards de dollars ; soit une baisse de 5 % par rapport à l’année dernière.

Hyperconvergence et backup pour soutenir les télétravailleurs

Selon le constructeur, cette remontée trimestrielle du stockage s’explique. Les entreprises auraient momentanément gelé au trimestre précédent leurs achats de solutions de stockage face à la crise pandémique qui débutait. Puis elles auraient considéré qu’elles devaient investir dans des solutions de stockage centralisé pour soutenir la majorité de leurs salariés devenus télétravailleurs. 

Parmi ces solutions de stockage, deux produits en particulier ont tiré vers le haut tout le reste du catalogue : les solutions de backup et les infrastructures hyperconvergées VxRail. Ces dernières sont à la base des déploiements VDI, lesquels consistent justement à virtualiser les postes des salariés pour qu’ils soient utilisables depuis leur domicile.

Selon Jeff Clarke, en charge de l’exploitation chez Dell EMC, les ventes d’infrastructures VxRail se sont souvent accompagnées de baies SAN PowerMax. Ces baies de stockage présenteraient le mérite de supporter des déploiements en mode cloud privé avec une connexion vers les principaux fournisseurs de cloud public pour lier les applications historiques avec les outils en ligne utilisés par les salariés.

Le reste de l’activité stockage a été moribond, y compris pour les solutions de milieu de gamme conçues pour rendre tous les services – SAN, NAS et objet – à la fois. C’est d’autant plus regrettable pour le constructeur, qu’il se félicitait il y a quelques mois d’avoir modernisé ce segment de produits pour la première fois depuis sa fusion avec EMC. Il s’agissait en l’occurrence du lancement de la baie PowerStore.

NetApp et Pure Storage restent derrière, mais progressent

On notera que NetApp et Pure Storage, les deux principaux concurrents de Dell EMC en matière de stockage, viennent tour à tour de critiquer publiquement cette solution. Selon George Kurian, le PDG de NetApp, la baie Powerstore aurait « reçu un mauvais accueil de la part des entreprises. » Charles Giancarlo, le PDG de Pure Storage, confirme, ajoutant que ce n’était vraiment pas le moment pour lancer une nouvelle gamme.

Des propos qui offusquent évidemment Jeff Clarke, lequel dément en bloc les allégations de ses concurrents : « nous bâtissons le marché autour de PowerStore et nous nous félicitons de l’accueil déjà enthousiaste des entreprises. Les ventes évolueront d’ici à la fin de l’année et atteindront leur rythme de croisière en 2022 », assure-t-il.

NetApp et Pure Storage ont simultanément déclaré leurs propres revenus trimestriels. Le premier a atteint un chiffre d’affaires de 1,3 milliard de dollars, soit une hausse de 5 % par rapport à l’année dernière. Ses résultats se répartissent à hauteur de 316 millions de dollars pour les matériels de stockage (en chute : -7 %), infrastructures hyperconvergées comprises, de 311 millions de dollars pour les logiciels qui les accompagnent (+2 %), de 375 millions de dollars pour la maintenance matérielle, de 301 millions de dollars pour la maintenance logicielle et de 178 millions de dollars pour les services cloud.

Pure Storage a quant à lui déclaré un chiffre d’affaires trimestriel de 404 millions de dollars, soit une amélioration de 2 % en un an. Il s’agit de la hausse la plus faible de toute l’histoire de Pure Storage.

VMware en hausse, le PC en baisse

Pour que le tableau des résultats liés à Dell EMC soit complet, signalons que sa filiale VMware a quant à elle continué à voir ses ventes grimper, soit une hausse de 10 % pour atteindre 2,9 milliards de dollars. Les revenus des abonnements aux licences VMware ont augmenté de 44 % et représentent désormais 22 % des revenus globaux de Dell EMC.

Selon le constructeur, les revenus de VMware Cloud on AWS, l’offre qui permet aux utilisateurs d’exécuter la pile VMware dans les services Web d’Amazon, ont connu une croissance à trois chiffres.

La division en charge des solutions clientes, parmi lesquelles les PC de bureau, les ordinateurs portables et d’autres produits de grande consommation, a quant à elle vu ses ventes diminuer de 5 % d’une année sur l’autre, pour atteindre 11,2 milliards de dollars.

Pour approfondir sur SAN et NAS

Close