Stockage : StorCentric rachète Violin

Le spécialiste du rachat de fournisseurs en faillite entend casser les prix des configurations haut de gamme de Violin pour mieux concurrencer les baies de disques milieu de gamme de Dell EMC et Pure Storage.

Le fabricant de baies de disques StorCentric poursuit sa stratégie de rachats tous azimuts dans le monde du stockage en mettant cette fois-ci la main sur Violin, le pionnier des baies 100 % Flash. StorCentric explique vouloir combler ainsi son catalogue avec des modèles de milieu de gamme.

Suite de l'article ci-dessous

Né en août 2018 de la fusion financière entre Drobo (NAS grand public) et Nexsan (baies de disques multifonctions pour entreprises), StorCentric a en tout avalé cinq acteurs du stockage plus ou moins en faillite. De son côté, Violin, qui joue la carte des équipements très performants – donc plutôt haut de gamme – traversait de sérieuses difficultés financières depuis un an.

« On ne comprend pas bien ce nouveau rachat. StorCentric avait déjà racheté dans cette gamme le fabricant de baies de SSD NVMe Vexata. Violin, lui, est à la traîne en ce qui concerne les possibilités de mise en cluster de ses baies, ou sa faculté à densifier les performances par nœud. Surtout au regard de nouveaux acteurs du stockage Flash comme Pavilion, Fungible ou… Vexata, justement », commente Marc Staimer, analyste au bureau de conseil Dragon Slayer Consulting.

Mihir Shah, le PDG de StorCentric, assure de son côté que les produits de Violin vont surtout lui permettre de proposer des baies NVMe peu chères, à mi-chemin entre les baies Nexsan d’entrée de gamme et celles de Vexata qu’il considère comme des haut de gamme. « C’est notre force par rapport aux entreprises que nous rachetons : toujours avoir une autre gamme de produits à proposer aux clients qui font des objections », dit-il, en suggérant qu’il cassera les prix des produits Violin.

Une alternative moins chère au milieu de gamme des grands fournisseurs

Selon Surya Varanasi, le directeur technique de StorCentric, ex-fondateur de Vexata, les principaux cas d’utilisation des baies de Violin seraient les bases de données, la virtualisation et le VDI pour le tout venant des entreprises. Les baies Vexata adresseraient plutôt les applications critiques chez les grands comptes, tandis que les baies Nexsan, qui comportent à présent des SSD à base de NAND QLC peu chère, seraient plutôt dédiées aux sauvegardes et à l’entrepôt des archives.

« Notre but est de parvenir à couvrir tous les besoins avec nos différentes gammes. »
Surya VaranasiDirecteur technique, StorCentric

« Ce qui nous réjouit vraiment, c’est l’énorme opportunité de ventes croisées que nous avons, car beaucoup de clients qui ont acheté une de ces marques ont besoin de l’autre. Notre but est de parvenir à couvrir tous les besoins avec nos différentes gammes », dit Surya Varanasi.

De manière plus pragmatique, le directeur technique entend concurrencer les baies milieu de gamme de Dell EMC et Pure Storage en proposant les machines Violin avec des prix plus agressifs à niveau de performances et de caractéristiques équivalents. Eric Burgener, analyste chez IDC en doute : « Violin n’est tout simplement pas compétitif par rapport aux versions NVMe des Dell EMC PowerMax et autres Pure Storage FlashArray//X », lance-t-il, en citant toutefois des modèles plutôt haut de gamme.

« Pourquoi une entreprise irait-elle acheter une telle baie NVMe chez StorCentric plutôt que chez l’un des principaux fournisseurs ? », interroge l’analyste. « La seule raison qui me vient à l’esprit est le prix, bien entendu, mais attention, car elles n’obtiendront pas nécessairement un support technique équivalent. »

Violin, un acteur sur le déclin avec une couche logicielle intéressante

Point saillant de l’offre Violin, l’acquisition en 2018 des baies de stockage ISE de X-IO, qui lui ont apporté des fonctions comme la déduplication et la surveillance des accès à des fins de maintenance proactive. StorCentric laisse entendre qu’il pourrait décliner ces fonctions sur ses autres lignes de produits. « Décliner les caractéristiques d’une gamme sur une autre ne serait pas une première. Nous avions par exemple déjà puisé dans les baies Vexata pour concevoir les baies Nexsan E-Series à base de SSD à NAND QLC que nous avons lancées en ce début de l’année », illustre le directeur technique.

Eric Burgener estime qu’il serait en effet opportun de décliner les fonctions logicielles de Violin sur le reste du catalogue, « la gamme Vexata, par exemple, est conçue comme des produits de performance pure, dénués de toute fonction logicielle », dit-il. Selon Surya Varanasi, il est d’ailleurs probable que StorCentric décide à terme de commercialiser l’offre Violin sous forme logicielle uniquement, en permettant à des intégrateurs d’installer le système de ces baies sur des serveurs de leur choix, qu’ils rempliraient à leur convenance de SSD plus rapides ou plus capacitifs.

Pour le reste, Violin n’a pas nécessairement bonne presse. Le constructeur avait créé l’évènement en 2013 en lançant les premières baies de stockage uniquement pourvues de SSD, puis il a enchaîné les déconvenues commerciales au fur et à mesure que ses concurrents ont proposé des baies 100 % Flash plus capacitives. Violin avait fini par se déclarer en faillite en 2016, avant de se faire racheter en 2017 par un fonds spéculatif, Quantum Partners, qui n’avait d’autre but que de le revendre plus cher. On ignore la somme que StorCentric a consenti à débourser.

StorCentric prévoit de conserver la marque Violin, comme il l’a fait avec les produits Nexsan, Vexata, Drobo et le logiciel de sauvegarde Retrospect. Il devrait aussi reprendre les 35 personnes qui y travaillaient encore. Cette équipe déclare, sans que cela soit vérifiable, que Violin aurait à l’heure actuelle 900 clients.

Simultanément, StorCentric lance ces jours-ci un nouveau logiciel, Data Mobility Suite. Il est censé permettre aux entreprises de migrer, de répliquer et de gérer leurs données entre plusieurs pools de ressources de stockage, sur site ou en cloud ; en clair, de faire du cloud hybride. 

Pour approfondir sur Flash

Close