studiostoks - Fotolia

S/4HANA Cloud : SAP met de l'Intelligence Artificielle dans son ERP en mode SaaS

SAP a présenté les avancées qu’il a concoctées ce trimestre pour son troisième ERP Cloud, SAP S/4HANA Cloud. Au menu de cette feuille de route : un assistant numérique, une UI adaptative et l’intégration de tendances « dans l’air » du temps comme les Blockchains et l’IoT.

S/4HANA est la version de la Business Suite de SAP qui s’appuie exclusivement sur sa base In-Memory maison, HANA. Un des bénéfices avancés par l’éditeur allemand est d’avoir une vision temps-réel de l’entreprise – y compris sur le transactionnel - et d’ouvrir de nouvelles perspectives analytiques. Cette version 100% HANA a été portée dans le Cloud l’année dernière.

S/4HANA en mode SaaS est le troisième ERP Cloud de SAP. Il vise les entreprises de plus de 50.000 utilisateurs (ou leurs filiales locales), tandis que ByDesign cible les PME du Midmarket et Business One Cloud les « petites PME ».

Le modèle à la demande sur souscription, qui représente aujourd’hui plus de 10% des revenus de SAP, séduiraient les client avec des « déploiements accélérés, qui se comptent en semaines et non plus en mois voire en années », affirme Sven Denecken, SVP S/4HANA Product Management.

Seul bémol, le marché des ERP dans le Cloud n’est pas encore le plus mature – contrairement aux outils collaboratifs, au CRM, à la facturation ou aux HCM qui sont entrés aujourd’hui dans les mœurs des DSI. S/4HANA Cloud n’est donc pas encore un « best-seller ». Mais SAP entend bien pousser cette offre au-delà des seuls « zones traditionnelles des précurseurs », principalement les Etats-Unis et le Royaume-Uni (mais pas la France).

Vers un Bot SAP

Parmi les avancées annoncées, la plus mise en avant par Sven Denecken, lors d’une conférence téléphonique avec LeMagIT, a été un « assistant numérique contextuel ». On se dirige doucement mais sûrement vers un bot conversationnel « comme avec votre iPhone ». Un mouvement qui est également à l’œuvre chez le grand concurrent Oracle.

Et tout comme chez Oracle, SAP met l’emphase sur l’utilité métier d’un tel « bot ». Pas question ici d’avoir un outil de compréhension sémantique pour avoir un outil de compréhension sémantique. « C’est un vrai assistant, numérique certes mais c’est littéralement un assistant. Il intervient pour vous dire ce que vous devriez savoir et que, certainement, vous ne savez pas ».

Cet assistant s’appuie - évidemment est-on tenté de dire - sur le Machine Learning et l’AI.

Une autre avancée sur le même registre de l’interaction simplifiée entre l’Homme et l’ERP est désormais la capacité de l’UI Fiori à s’adapter au contexte et/ou à l’utilisateur, en fonction d'un historique ou d'une question donnée.

L'arrivée des aides (bot, wizard, assistant, au choix) est une des tendances majeures prévues par IDC pour les ERP en 2017.

Toujours dans ce domaine de « l'intelligence », SAP continue de vanter les capacités prédictives métiers de son ERP, capactités qui s'appuient sur les algorithmes et le In-Memory de HANA.

Blockchain

Dans la feuille de route prévue pour le prochain trimestre – qui ne concerne pas le calendrier des fonctions ni des verticaux - on retrouve un autre gros sujet « à la mode » : les Blockchains.

SAP a en effet le projet d’intégrer la possibilité d’interconnecter les grands livres de comptes distribués avec S/4HANA.

« Nous travaillons depuis longtemps sur les blockchains. Le sujet intéresse grandement nos clients de l’industrie financière ». Et, continue Sven Denecken, « nous avons déjà des offres Cloud » qui s’articulent avec HCP, le PaaS de SAP. Mais le sujet étant encore très nouveau, le SVP n’en dira pas beaucoup plus sur les projets concrets, l’articulation technique ou l’intérêt profond d’une telle démarche.

IoT

La prochaine version de S/4HANA Cloud apportera par ailleurs de nouvelles APIs pour favoriser l’ouverture à d’autres services hébergés, au-delà de la galaxie SAP (l’ERP de SAP s’interface naturellement avec les autres outils SaaS maison), et des connecteurs pour alimenter l’ERP avec les remontées de l’Internet des Objets.

L'IoT est le nouveau fer de lance de la diversification de SAP. Sur le papier, connecter l'IoT à l'ERP peut servir à différentes briques de la suite.

Pour la brique Supply Chain, pour suivre les approvisionnements en temps réel - la localisation et d'autres facteurs comme les températures, etc. - ou pour  anticiper des problèmes de production liés à des retards (sur la même logique que l'intégration de GT Nexus par Infor).

Pour la gestion financière, pour mieux estimer des immobilisations en fonction des stocks réels (comme le fait Amazon) et pour mieux provisionner des réparations (avec la maintenance prédictive ou avec les détections de dysfonctionnements en temps quasi-réel).

Ou encore pour le CRM, pour suivre le calendrier des interventions terrains (field services) dans une optique de relation client/ fournisseur étendue à la livraison et au support.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close