Les 15 faits IT marquants de 2014

La rédaction du MagIT a réuni quinze faits d’actualité qui, selon elle, ont marqué 2014, et qui - surtout - risquent de structurer 2015.

Nouvelle année charnière pour le marché de l’IT, 2014 aura été marquée par la transition. D’abord technologique. Poussé par la volonté des entreprises de moderniser leurs infrastructures, de l’étendre avec les nouvelles technologies et d’utiliser de nouveaux modes de consommation de l’IT, le monde a débuté sa transition vers le Big Data et le Cloud. Notamment pour capter les bénéfices de la numérisation des flux d’informations et des données.

2014 a également - et surtout ? - été une année de transition économique. L’acception de ces nouvelles tendances a également poussé les acteurs clés du monde IT à se réinventer et à mener des stratégies d’expansion, de re-positionnement, voire de mutation de leurs modèles économiques sur lequel ils avaient bâti leur histoire.

C’est vrai pour les acteurs historiques de l’IT, comme Microsoft, Oracle, HP, IBM, SAP. Mais également pour le monde des télécoms, témoin d’une refonte de son paysage.

Transition également au niveau de la sécurité. Après les révélations d’Edward Snowden qui avaient déjà ébranlé la sphère IT et fait vaciller le climat de confiance, 2014 a été marqué par des failles et des vulnérabilités qui ont enfoncé le clou. Comment ignorer Heartbleed, cette faille dans OpenSSL ou encore ShellShock ?

La rédaction du MagIT a réuni quinze faits d’actualité qui, selon elle, ont marqué 2014, et qui -surtout - vont structurer 2015. Bonne lecture.

 

Les 15 faits marquants de 2014

 

Steve Ballmer quitte complètement Microsoft

Symbole d’une génération de dirigeants de l’IT qui passe la main (voir ci-dessous), Steve Ballmer a officiellement quitté ses fonctions de PDG de Microsoft en 2014, après 13 ans à la tête d’un groupe qui aujourd’hui se réinvente. C’est à Satya Nadella que revient la lourde tâche de mettre Microsoft sur de nouveaux rails et de lui faire passer un cap. Un vent de modernité, poussé par les alizés de sa stratégie « Cloud first, Mobile First », par des alliances clés et par une ouverture un peu plus présente. Fin d’une ère, renaissance (lire ci-après).

Larry Ellison abandonne son poste de PDG d'Oracle

2014 aura également été une année charnière pour Oracle. Après avoir tenu la barre du groupe, avec le charisme qu’on lui connait, Larry Ellison, fondateur haut en couleur de ce spécialiste historique des SGBD, cède finalement les rênes du groupe. Il confit son poste de PDG à deux de ses proches, Safra Catz et Mark Hurd. Il conserve toutefois un rôle clé dans le groupe, aux fonctions de CTO et surtout président du Board, qu’il tiendra du haut de de ses 70 ans.

Sur le même sujet :
Départ de Jim Hagemann Snabe : Bill McDermott va prendre seul les rênes de SAP
 

Compuware se vend à un fonds d’investissement pour 2,5 Md$

Conséquence de la modernisation des systèmes et d’une nouvelle forme d’informatique, Compuware, acteur clé du mainframe et de la performance applicative, a décidé de se vendre à un fonds d’investissement et de quitter officiellement les cotations boursières américaines. Un virage clé pour un groupe dont la croissance était restée figée depuis plusieurs années. C’est donc hors de la pression des marchés que Compuware trouvera son nouveau souffle, comme BMC en 2013, autre « dinosaure » de l’IT d’entreprise, ou encore Dell, racheté par son fondateur. Curieusement, d’autres groupes, ancrés dans des technologies peu enclines à évoluer, ont choisi en 2014 d’autres portes de sortie : à l’image d’Attachmate qui après avoir racheté Novell et Suse, décide de redevenir une entreprise privée en se rapprochant de Micro Focus. Une autre page se tourne pour ces acteurs des gros systèmes.

Sur le même sujet :
Sous pression, Riverbed se vend au fonds Thoma Bravo
Concentration dans les outils mainframe : Micro Focus fusionne avec Attachmate
 

Louvois : trois candidats à son remplaçant

En 2014, Louvois, le système de paiement des soldes des militaires français, n’a toujours pas été remplacé. Pire, ses erreurs continuent d’empoisonner la vie des militaires et de leurs familles. Le ministre de la Défense a désormais choisi la voie de l’externalisation des développements auprès d’entreprises tierces, au lieu de projets internes, mais le successeur de Louvois est toujours bien loin de voir le jour.

Sur le même sujet :
L’Etat enterre le projet de paie unique ONP
 

Heartbleed : une menace qui va bien au-delà des services grand public

Côté sécurité, la pression est également montée d’un cran en 2014. Si le climat sécuritaire  international s’est durci, alimenté par des révélations régulières de cyber-attaques et de cyber-espionnages, on retiendra surtout la faille Heartbleed. Une faille qui a fait tomber nombre de principes sécuritaires que l’on croyait bien établis. En faisant sauter le verrou que constituait jusqu’alors OpenSSL, Heartbleed a semé un vent de panique dans l’industrie de l’IT, tous secteurs confondus.

Sur le même sujet :
Shellshock, une vulnérabilité Bash potentiellement plus grave que Heartbleed
 

Oracle 12c : Oracle détaille son approche du In-Memory

Comme une validation de la technologie, Oracle a officiellement débarqué sur le segment des bases In-Memory. Le premier éditeur mondial de SGBD, malgré son retard sur cette désormais indispensable option, s’attaque à ce marché qui s’inscrit dans l’une des nouvelles tendances de l’IT moderne : le Big Data et l’analytique. Si des questions subsistent encore quant à la licence, Oracle s’aligne sur SAP, IBM et Microsoft, qui ont déjà avancé leurs pions.

Sur le même sujet :
Coupe du monde : comment une application Big Data SAP a aidé la Mannshaft
SQL Server 2014 : 8 fonctions à retenir
Francis Arnaudies, IBM : "BLU, le composant In-Memory de DB2 »
 

.NET et Windows : Microsoft prononce la fin de l’exclusivité

En ouvrant .Net, son framework de développement, et en créant une fondation pour accompagner ce mouvement, Microsoft a montré qu'il acceptait que sa plate-forme Windows ne soit plus la seule, ni même la mieux placée, dans un monde IT devenu hétérogène. Une stratégie d'ouverture dont témoignent également cette année les mains tendues à SAP et à Salesforce.com, le support de Docker dans Azure, le SDK de OpenXML rendu lui aussi Open Source, la transparence sur les serveurs qui équipent son Cloud et une vraie version d'Office (enfin) sur iOS. Autant d'éléments qui traduisent un tournant culturel chez un éditeur plus habitué aux écosystèmes clos.

IBM - Apple : Accord historique pour promouvoir iOS en entreprise

Qu'il semble loin le temps où Apple vilipendait IBM dans une publicité mythique qui assimilant Big Blue à Big Brother. En passant en juillet un accord qui a surpris, mais qui est au final logique, les deux ennemis de 1984 ont décidé d'allier leurs forces pour mieux palier leurs faiblesses (IBM n'étant pas spécialement reconnu comme un acteur majeur de la mobilité, Apple bénéficiant d'une forte popularité auprès du grand public mais moins auprès des DSI). Une alliance qui signe également le triomphe de la consumerisation de l'IT, qui a donné ses premiers fruits en décembre, et qui a été prolongée chez IBM par un partenariat en novembre avec Xamarin.

Pourquoi Free s'intéresse-t-il à T-Mobile USA ?

L’année 2014 aura marqué le retour des grandes opérations de fusions acquisitions pour les acteurs français de la téléphonie, avec notamment l’emblématique tentative de rachat de T-Mobile USA par Iliad, la maison-mère de Free. On retiendra aussi le rachat par Numericable de SFR et de Virgin Mobile, ainsi que la cession par Orange de sa filiale anglaise, de même que les multiples rachats en Europe de Xavier Niel.

Sur le même sujet :
Xavier Niel rachète Orange Suisse
Xavier Niel devient l'actionnaire principal de Monaco Telecom
Orange et Deutsche Telekom vont se retirer du Royaume-Uni
Vivendi va finalement céder SFR à Altice-Numéricable

Lenovo : rachat finalisé des serveurs x86 d'IBM le 1er octobre

C’est fini. IBM s’est définitivement retiré du monde x86 en cédant sa division serveurs Intel au Chinois Lenovo, qui avait déjà repris ses activités PC il y a près de 10 ans. Non content de grandir dans les serveurs, Lenovo s’est aussi illustré cette année avec le rachat de Motorola Mobility, un rachat avec lequel il entend devenir un grand du mobile. Face à cette stratégie d’intégration, son principal concurrent, HP, a choisi la voie de l’explosion en séparant ses activités PC et serveurs.

Sur le même sujet :
Comment Lenovo peut-il évoluer dans l'univers des serveurs x86
Google revend Motorola Mobility à Lenovo
Hewlett-Packard va se séparer d'HP
 

Docker : naissance d’un écosystème

L’année 2014 aura également été l’année de l’émergence de Docker en tant qu’acteur crédible de l’IT. Le spécialiste de la gestion des conteneurs Linux a ainsi vu sa technologie adoptée par tous les grands, y compris Microsoft, Red Hat et VMware, alors qu’il ne figurait même pas sur leur radar il y a deux ans. La preuve, s’il en fallait une, de l’impact que peuvent avoir certaines technologies open-source sur le marché de l’IT.

Sur le même sujet :
Microsoft va intégrer Docker à Windows Server
À VMworld, VMware en dit plus sur son support de Docker
Red Hat se lance tardivement dans les conteneurs avec le projet "Atomic"
 

OVH lève 267 M€ pour devenir un acteur mondial

Après avoir obtenu 140 M$ des banques en mars 2013, OVH a cette année obtenu 267 M€ sous la forme de crédits syndiqués pour financer sa croissance mondiale. OVH s’est aussi illustré en lançant ses offres de Cloud privé Power, VMware et Hyper-V ainsi qu’une offre de Cloud OpenStack. En cette fin d’année c’est un autre trublion français, Iliad qui fait aussi parler de lui dans le Cloud avec le lancement par sa filiale Online du premier Cloud mondial à base de processeurs ARM. Quelque part, on ne peut s’empêcher de penser que CloudWatt et Numergy ont bien du mal à égaler le dynamisme des acteurs venus de l’hébergement.

Sur le même sujet :
OVH Summit : OVH multiplie les annonces, dont un cloud Power8
OVH lève le voile sur son cloud privé Hyper-V

Le français Online dévoile le premier Cloud animé par des puces ARM

Didier Renard nommé à la tête de CloudWatt
 

Alcatel finalise la cession de sa division entreprises à China Huaxin

Elle n’aura guère fait de bruit, mais elle est tout un symbole. Celui du naufrage progressif de l’ex-numéro un mondial des télécoms. La cession d’Alcatel Lucent - entreprises, n°2 du secteur de la commutation Ethernet en Europe - à un fonds d’Etat chinois vise à redonner des marges financières à sa maison mère. Ce n’est finalement que l’aboutissement logique de la stratégie d’un Alcatel sans usines, prônée par Serge Tchuruk - un grand visionnaire de la désindustrialisation française qui coule aujourd’hui une paisible retraite alors que son ancienne firme a de plus en plus le profil d’un acteur chinois.

Sur le même sujet :
Opinion : Alcatel, un équipementier de plus en plus chinois
 

Hewlett-Packard va se séparer d'HP

Ce n’est pas une bonne idée, avait indiqué Meg Whitman à propos de la cession des PC lors de son arrivée à la tête du groupe. Trois ans plus tard, et alors qu’HP peine à renouer avec la croissance du fait de la déprime de ses activités entreprises et services, la patronne d’HP a annoncé que la firme était officiellement redressée (même si au passage Meg Whitman aura du battre le record de licenciements de Mark Hurd)… et a dévoilé un projet de séparation des divisions PC et impression des divisions serveurs et services, sous prétexte d’agilité.

Sur le même sujet :
EXCLUSIF : Recueil de dessins - Du côté des bugs - HP + Compaq : Combien de divisions ?
HP Discover 2014 : Pour Meg Whitman, "HP is Back !"
Pourquoi HP rachète Eucalyptus
 

EVO:Rail : VMware se convertit aux appliances hyperconvergées

Alors que l’industrie se gargarise de convergence, VMware a en 2014 mis les constructeurs au pied du mur en dévoilant une technologie d’appliance convergée s’appuyant sur son hyperviseur vSphere et sa technologie de stockage virtualisée VSAN. Les appliances virtualisées EVO:Rail - dont les premiers modèles feront leur apparition en janvier chez Fujitsu puis chez HP, Hitachi, Dell ou Supermicro - pourraient faire évoluer radicalement la façon dont les constructeurs vendent des serveurs aux entreprises. Et également simplifier le déploiement et l’administration des systèmes virtualisés dans les entreprises.

Sur le même sujet :
VMware s’affaire au développement de VSAN 2.0
VMware dévoile sa technologie de stockage distribuée vSAN
Dossier : Le point sur les systèmes et architectures de référence convergés
 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close